•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ventes de maisons en hausse à Sept-Îles

Carton « vendu » installé sur une affiche de courtier immobilier.

L'augmentation du prix de vente médian des maisons dans la région s'explique par le volume de transactions très élevé à Sept-Îles (archives).

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Félix Lebel

Pour une deuxième année de suite, le prix de vente médian des maisons unifamiliales dans les MRC de Sept-Rivières et de Caniapiscau a connu la plus forte hausse enregistrée au Québec.

En 2020, ce prix a augmenté de 25 %, selon le rapport annuel du marché immobilier québécois réalisé par l’entreprise JLR Solutions foncières. Dans les MRC de Sept-Rivières et de Caniapiscau, qui sont regroupées dans ce rapport, 392 transactions ont été faites pour un prix médian de 175 000 $.

Cette donnée serait toutefois influencée par le marché immobilier très actif à Sept-Îles, alors qu'ailleurs dans la région, les prix sont relativement stables, voire même à la baisse.

En 2019, la hausse du prix de vente médian des maisons avait aussi été fulgurante dans la région, pour atteindre 27 % par rapport à l’année précédente.

Toutefois, les données de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) permettent d'apporter une nuance importante à ces chiffres et confirment plutôt une certaine stabilité des prix dans la région.

Une pancarte « À vendre » devant une maison.

Selon l'APCIQ, le prix de vente médian des maisons à Sept-Îles a baissé de 1 % en 2020, pour atteindre 185 000 $ (archives).

Photo : Radio-Canada

Selon l'APCIQ, le volume des ventes de maisons unifamiliales a augmenté de 30 % en 2020 sur le territoire de la ville de Sept-Îles. C'est cette augmentation du nombre de ventes, totalisant 273 transactions en 2020, qui aurait influencé à la hausse les données de l’étude.

Dans les conclusions de son rapport, JLR Solutions foncières explique elle-même que les chiffres concernant la hausse des prix peuvent être influencés par un volume plus important de ventes de maisons à valeur élevée par rapport aux années précédentes.

Dans une moindre mesure, l’augmentation du nombre de maisons vendues s’est aussi fait ressentir à Port-Cartier, avec 20 % de transactions supplémentaires en 2020 par rapport à 2019. Le prix médian y était toutefois plus bas qu'à Sept-Îles, pour atteindre 115 000 $.

Un marché favorable

Le courtier immobilier de l’agence Re/Max de Sept-Îles Christian Truchon a lui aussi constaté la hausse du nombre de ventes et l'effervescence du marché sur le territoire de Sept-Îles.

Une tendance qui surprend M. Truchon, alors que le contexte économique instable durant la pandémie aurait mené plusieurs ménages vers la précarité financière, selon lui.

Le marché est très actif. Souvent on inscrit une maison à vendre, et dès le lendemain, il y a plusieurs courtiers qui appellent pour prendre rendez-vous. Le marché est très bon à Sept-Îles. [...] On a aussi souvent des offres multiples sur les maisons.

Cette tendance à la hausse du nombre de ventes de maisons s’inscrit dans un contexte très favorable pour les marchés immobiliers dans la province. Les taux d’intérêt relativement bas auraient favorisé l’achat de propriétés au Québec, notamment en région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !