•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pays du G7 condamnent la répression des manifestations au Myanmar

Un soldat du Myanmar pointe une arme, prêt à tirer.

Un soldat pointe une arme à feu lors d'affrontements avec des manifestants à Mandalay le 15 février 2021.

Photo : Getty Images

Agence France-Presse

Les ministres des Affaires étrangères des pays formant le G7 ont dit mardi condamner « fermement » les actes de violence des forces de sécurité birmanes lors des manifestations pacifiques protestant contre le récent coup d'État militaire dans le pays.

L'armée et la police doivent faire preuve de la plus grande retenue et respecter les droits de l’homme et le droit international, indiquent-ils dans une déclaration conjointe.

Il est inacceptable d'utiliser des munitions réelles contre des personnes non armées. Quiconque répond par la violence à des manifestations pacifiques doit rendre des comptes

Déclaration des membres des ministres des Affaires étrangères membres du G7

Les ministres des Affaires étrangères du G7 demandent un accès humanitaire complet aux personnes les plus vulnérables et appellent de nouveau à la libération immédiate et inconditionnelle de la dirigeante Aung San Suu Kyi et du président birman, Win Myint.

Depuis le coup d'État de la junte militaire au début du mois, des manifestations quotidiennes ont lieu pour protester contre la prise de pouvoir de l'armée. Elles ont été durement réprimées par les forces de l'ordre.

Jusqu'ici, trois manifestants ont été tués, dont deux ont été mortellement blessés par balles dans la ville de Mandalay samedi.

Une femme est également décédée vendredi après avoir été touchée par balles dans la capitale, Naypyitaw.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !