•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort du camionneur Gilbert Prince : un accident évitable, selon la coroner

Camion-citerne en feu sur l'autoroute métropolitaine (A-40) à Montréal, après un carambolage, le 9 août 2016

Le camion-citerne que conduisait Gilbert Prince a explosé à la hauteur de la rue Lajeunesse sur l'autoroute 40 Ouest.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charon

La mort du camionneur Gilbert Prince survenue en août 2016 à la suite de l'explosion de son camion-citerne après un carambolage sur l'autoroute métropolitaine découle d'un accident qui était évitable, estime la coroner Stéphanie Gamache.

Dans son rapport, la coroner explique que le carambolage dans lequel Gilbert Prince est mort a été causé par le freinage soudain d'un camion-citerne sur l'autoroute métropolitaine en direction ouest entre les kilomètres 71 et 72, à la hauteur de la rue Lajeunesse.

Il s'en est suivi une série de collisions impliquant quatre camions, dont celui de M. Prince, âgé de 59 ans.

Ce carambolage est causé par l’arrêt soudain, à 15 h 55, d’un camion-citerne d’avitaillement qui circule également sur l’autoroute 40 en direction ouest, relate Me Gamache dans son rapport.

Un camion-cube qui circule derrière le camion d’avitaillement réussit à s’immobiliser sans le percuter. Ce deuxième camion est frappé à l’arrière par un troisième camion qui tente d’éviter l’impact, mais en vain. Le camion-citerne que conduit M. Prince percute ensuite ce troisième camion et il reste coincé dans sa cabine.

Une fuite de carburant provoquée par la collision déclenche aussitôt un incendie sous le tracteur, tout près de la citerne qui transportait des milliers de litres de diesel.

Gilbert Prince n'a malheureusement pu sortir de son véhicule. Malgré les efforts d'un autre conducteur qui a tenté de l'aider, M. Prince n'a pas pu s'extirper de l'habitacle avant que l'incendie ne provoque l'explosion de la citerne de son camion.

Le camionneur était père de quatre enfants. Six personnes ont aussi été blessées lors de ce dramatique carambolage.

Selon le rapport de la coroner, M. Prince serait mort asphyxié. Les importantes brûlures constatées sur sa dépouille ont aussi pu contribuer à son décès, estime Me Stéphanie Gamache.

La mort de Gilbert Prince était selon la coroner un accident évitable dans la mesure où les conducteurs impliqués dans le carambolage auraient dû maintenir une distance de freinage sécuritaire afin d'être sûrs de pouvoir immobiliser leur véhicule en cas d'urgence.

La coroner recommande par conséquent que la Société d'assurance automobile du Québec et les corps de police sensibilisent davantage les conducteurs aux distances sécuritaires à respecter entre les véhicules lors de la conduite automobile.

Je conclus que le décès de M. Prince était certainement évitable, écrit-elle. Comme la CNESST, je note qu’un élément contributif de ce décès concerne la distance insuffisante qui sépare le troisième véhicule du camion de M. Prince. Cet élément contributif constitue une erreur de conduite malheureuse et fatale chez un camionneur expérimenté.

La coroner souligne comme deuxième cause de cet accident l’usure générale et l’entretien déficient du système de rideau métallique latéral du camion qui a provoqué un freinage brusque sur l'autoroute du poids lourd à l'origine du carambolage.

Rappelons que dans un rapport publié en juin 2017, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a estimé que le mauvais entretien du camion-citerne de Bombardier – à l'origine du carambolage – avait provoqué le déclenchement des freins de stationnement du poids lourd  de façon intempestive .

Les rédacteurs du rapport soulignaient que les feux d’urgence du camion ne s’étaient pas déclenchés, provoquant l'accident. Le camion de Bombardier impliqué dans l'accident avait eu auparavant des problèmes similaires en 2014, 2015 et en janvier 2016, soit six mois avant l’accident mortel, selon les enquêteurs de la CNESST.

L’enquête de la CNESST concluait qu’il n’y avait eu aucun suivi adéquat pour corriger cette problématique avant l’accident du 9 août 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !