•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sanctuaire pour les monarques sera créé à Sutton

Le papillon s'est posé sur une fleur

Le sanctuaire sera situé au centre de plein air Au Diable Vert.

Photo : Radio-Canada / Christine Tremblay

Radio-Canada

Le monarque, une espèce de papillon en voie de disparition, aura une aire d'alimentation importante à Sutton. Le centre de plein air Au Diable Vert de Sutton créera un sanctuaire au printemps pour ces insectes colorés.

Ce papillon, qui migre chaque année du Canada vers le Mexique, a perdu 90 % de sa population au cours des 20 dernières années. «Nous avons encore des monarques dans la région, mais il y a une diminution d'années en année», se désole Jérémy Fontana, le copropriétaire du site Au Diable Vert.

À son échelle, Jeremy Fontana a décidé d'agir, puisque les solutions pour assurer la préservation de cette espèce sont connues et assez simples à appliquer.

Avec les monarques, c'est très clair, c'est la réduction d'une seule plante : l'asclépiade. Les pesticides modernes sont très efficaces pour l'éliminer.

Jeremy Fontana, copropriétaire, Au Diable vert
Asclépiades en boutons

L'asclépiade est la seule plante sur laquelle les monarques pondent leurs oeufs.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Ce printemps, l'entreprise plantera de l'asclépiade sur cinq acres de son terrain, tout près de la rivière Missisquoi. Cette plante vivace constitue l'unique source de nourriture des chenilles du monarque.

Jeremy Fontana assure que cette initiative reste plutôt abordable. Elle lui permet, par la même occasion, de faire sa part pour l'environnement.

C'est clair, nous sommes très chanceux dans cette région. C'est vraiment un endroit spécial, un endroit magique. Et nous sentons que nous avons la responsabilité de redonner à la nature, souligne Jérémy Fontana.

Dès cet été, les plants d'asclépiades devraient avoir recouvert le terrain, et être prêts à nourrir les chenilles et accueillir les oeufs des monarques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !