•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La deuxième vague, plus meurtrière que la première dans les foyers

Une employée d'une résidence de soins de longue durée pousse un patient assis dans un fauteuil roulant. Les deux personnes sont masquées.

En date du 21 février, 3857 résidents de foyers de soins de longue durée sont morts de complications liées à la COVID-19 en Ontario. (Archives)

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

La deuxième vague de COVID-19 a été plus meurtrière que la première dans les foyers de soins de longue durée en Ontario.

Il y a eu un total de 1815 morts en raison de complications liées à la COVID-19 chez les résidents des centres de soins de longue durée entre le début de la pandémie et le 1er septembre. Depuis, ce sont 2042 résidents de ces foyers qui sont morts pour les mêmes raisons.

Alors que certains dénoncent l’inaction du gouvernement, la campagne de vaccination en cours parmi les résidents donne une lueur d’espoir.

Le gouvernement ne veut pas améliorer la situation dans les résidences parce que, si vraiment ils voulaient, ils en ont les moyens, selon Suzanne Hotte, de la Coalition ontarienne de la santé.

Selon elle, le gouvernement aurait dû tirer des leçons des premiers mois de la pandémie. On savait que ceci était pour arriver.

Gilles Fontaine, de la Fédération des aînés et des retraités francophones de l'Ontario, espère fortement que la Commission d’enquête sur la première vague dans les foyers de soins de longue durée permettra d’obtenir une piste de réponses pour les familles des personnes qui sont mortes.

C’est le temps que le Canada et la province de l’Ontario démontrent leur sérieux quand vient le temps de protéger les aînés, affirme-t-il.

M. Fontaine ajoute que la situation est alarmante et risque de marquer les esprits longtemps. Je pense qu’on n’a jamais vécu quelque chose d’aussi sérieux; alors, j’ai espoir qu’on va continuer à essayer de trouver des solutions.

La vaccination, lueur d’espoir

La campagne de vaccination en cours dans les foyers de soins de longue durée révèle toutefois des données encourageantes.

Le nombre de cas de COVID-19 a diminué parmi les résidents, ce qui démontre l’efficacité du vaccin, selon le Dr Hugues Loemba. Si jamais on a la chance de compléter la vaccination au niveau des centres de soins de longue durée, on va couper la transmission, indique-t-il.

Pour sa part, la porte-parole du ministère des Soins de longue durée dit apercevoir la lumière au bout du tunnel, affirmant que 70 % des résidents sont maintenant entièrement vaccinés.

Avec les informations de Thalia D’Aragon-Giguère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !