•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

78 % des entreprises contre un boulevard Jean-Garon à Lévis

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La route du Président-Kennedy à Lévis.

La route du Président-Kennedy à Lévis.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Les entreprises de la route du Président-Kennedy à Lévis sont défavorables à 78 % à ce que l’artère commerciale soit renommée en l’honneur de l’ancien maire et député de Lévis Jean Garon, a appris Radio-Canada.

C’est ce que démontre le résultat d’un sondage effectué entre le 5 et le 12 février par la Chambre de commerce de Lévis. Le taux de réponse est de 51 %, soit de 125 entreprises.

On est en faveur d'honorer une personnalité publique comme M. Garon. Mais je crois que changer le nom d'une artère comme celle de la route du Président-Kennedy n'est pas la bonne option. Le sondage qu'on a fait faire le confirme, affirme la directrice générale Marie-Josée Morency.

Jean Garon a été ministre de l'Agriculture de 1976 à 1985.

Jean Garon a été ministre de l'Agriculture de 1976 à 1985.

Photo : Radio-Canada

La Chambre de commerce a aussi demandé aux entreprises quel serait l’impact — positif ou négatif — d’un changement du nom de l’artère. À cette question, 85 % des entreprises sondées ont indiqué au moins une conséquence négative.

Le risque de confusion chez les clients, les changements à effectuer dans les papeteries, les changements d’adresse et des frais supplémentaires ont notamment été soulevés.

Il faut se souvenir qu'il y a des commerces sur cette artère qui ont le nom Kennedy dans le nom de leur entreprise, ajoute Mme Morency.

Marie-Josée Morency est la directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis.

La directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis, Marie-Josée Morency

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Personne ne va faire faillite

Le porte-parole de La famille et des amis de Jean Garon, Simon Bégin, s'interroge sur la pertinence de ce sondage dans le débat. Selon lui, la route du Président-Kennedy est un bien public et il serait plus adéquat de sonder l’ensemble de la population lévisienne.

M. Bégin ajoute comprendre les entreprises qui craignent les impacts de ce changement.

On ne demande pas une modification immédiate en pleine pandémie. On demande une déclaration d’intention de la Ville et un engagement de sa part à accompagner les entreprises pour le changement, mentionne-t-il

Il n’y a personne qui va faire faillite sur la route Kennedy, car il y a un changement de nom.

Simon Bégin, porte-parole de La famille et les amis de Jean Garon

En ce sens, il est agréablement surpris que 22 % des répondants se soient montrés favorables au changement de nom en pleine crise sanitaire.

On sait que les entreprises sont en situation précaire. Même en temps normal, une entreprise va s’opposer à ce genre de changement, car ça lui n’apporte rien sauf du tracas , ajoute celui qui a été un proche collaborateur de M. Garon lors de sa carrière politique.

Trois propositions décevantes

En réponse à la demande de famille de Jean Garon, le comité de toponymie de la Ville de Lévis a soumis trois autres propositions pour honorer la mémoire de celui qui a été député de Lévis de 1976 à 1998.

Le frère du défunt, Emmanuel Garon, avait commenté avoir frissonné un peu quand il a reçu les propositions du comité.

Sans vouloir les dévoiler, il a ajouté que ce n’était pas à la hauteur du personnage qu’a été Jean Garon.

Le frère du défunt, Emmanuel Garon.

Le frère de Jean Garon, Emmanuel Garon

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Simon Bégin ne souhaite pas en rester là. Il croit que la Ville doit se rappeler du lègue de M. Garon qui a été un acteur central dans le développement de cette route.

La Ville veut quelque chose qui ne dérange pas personne. Mais, un moment donné ça prend du leadership. On continue de faire appel à la Ville et à son sens de l’histoire, fait valoir M. Bégin.

M. Garon a occupé les postes de ministre de l’Agriculture puis de l’Éducation. Dès son premier mandat, il a fait adopter, en 1978,la Loi sur la protection des terres agricoles.

M. Garon a ensuite quitté la politique provinciale pour devenir le maire de Lévis, de 1998 à 2005. Il est décédé le 1er juillet 2014, à l’âge de 76 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !