•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un poste en affaires autochtones pour décoloniser le Musée de la civilisation

Des banderoles à l'extérieur du Musée de la civilisation de Québec en mars 2020

Le Musée de la civilisation à Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Mieux prendre en considération les besoins ainsi que les réalités des nations autochtones du Québec et décoloniser les approches muséales, c’est l’objectif du Musée de la civilisation, qui recrute présentement un conseiller ou une conseillère aux affaires autochtones.

C’est le discours allochtone qui est majoritairement porté dans les musées aujourd’hui. Les approches et la pensée muséales ont été conçues à partir de codes occidentaux, souligne Stéphan La Roche, président-directeur général du musée, à Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18

Dans une perspective de réconciliation et de reconnaissance des différentes cultures des premiers peuples, il faut revoir certaines façons de faire, ajoute-t-il. Et il faut le faire avec les Autochtones.

Les 11 nations autochtones font partie de la société québécoise. On est un musée de société. Il faut s’assurer que l’ensemble des réalités autochtones soient là, vivantes et entendues dans l’ensemble de nos projets et que les 11 nations se reconnaissent chez nous.

Une citation de :Stéphan La Roche, PDG du Musée de la civilisation

La concertation, et pas seulement la consultation

La création de ce poste de conseil aux affaires autochtones vise à tisser plus de liens avec les 11 nations autochtones que compte le Québec, à intégrer davantage les réalités que vivent les peuples autochtones et à former le personnel pour qu’il comprenne mieux les discriminations qu’ils subissent.

Depuis nos débuts, il y a environ 30 ans, on a toujours fait une grande place aux réalités autochtones, explique-t-il. C’est évident que malgré toute la bonne volonté et la bonne foi dont on fait preuve dans nos musées, comme dans bien d’autres institutions muséales, c’est sûr qu’on a pu faire des oublis, des omissions ou des maladresses.

Par exemple, lorsque le Musée de la civilisation monte une nouvelle exposition, une consultation s’effectue au préalable. Désormais, il souhaite faire un pas supplémentaire en allant davantage vers la concertation. 

La consultation, c’est de l’écoute, mais après on peut bien faire ce qu’on veut avec ce qu’on a entendu. La concertation, ça va plus loin, ça va vraiment dans l’inclusion de la pensée de l’autre.

Une citation de :Stéphan La Roche, PDG du Musée de la civilisation

Développer une muséologie différente pour toucher le public autochtone

Cette nouvelle recrue travaillera à faire de l’inclusion un véritable moteur de développement culturel en matière de collections et d’expositions, mais aussi d’activités culturelles. 

Autre défi à relever : accroître la visibilité du musée auprès des personnes autochtones afin qu’elles y aient accès.

Il va falloir développer des approches innovantes pour faire de la muséologie différemment, indique Stéphan La Roche. Le numérique donne plein de beaux outils pour rejoindre des communautés qui sont parfois loin de Québec.

Un futur poste pour les minorités visibles et les communautés culturelles

En attendant de trouver la perle rare pour concrétiser ce renouveau, le Musée de la civilisation, qui est situé à Québec, pense déjà à la prochaine étape : embaucher un conseiller ou une conseillère à l’inclusion des communautés culturelles et des minorités visibles. 

Si certaines institutions muséales choisissent de créer un même poste destiné à l’inclusion, qui englobe celle des Autochtones et des minorités visibles, le Musée de la civilisation a décidé de dissocier les deux. On a voulu traiter les questions de manière distincte pour prendre en compte des réalités qui sont distinctes.

Le poste de conseiller ou de conseillère aux affaires autochtones est affiché jusqu’au 1er mars. Celui consacré à l’inclusion des minorités visibles et des communautés culturelles devrait voir le jour au cours de l’année. 

Avec les informations de Catherine Richer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !