•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un retour au Canada frustrant pour bien des voyageurs internationaux

Des voyageurs attendent en ligne pour pouvoir s'enregistrer à l'hôtel Marriott de l'aéroport de Calgary.

Deux hôtels de Calgary peuvent accueillir des voyageurs. L’hôtel Marriott de l’aéroport propose des prix de 1200 à 1300 $ pour trois jours.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Rousseau

Stéphanie Rousseau

Le retour au Canada de nombreux voyageurs internationaux à l’aéroport de Calgary a été compliqué lundi par l’entrée en vigueur de nouvelles règles. Celles-ci les obligent à s'isoler trois jours à l’hôtel, le temps d'obtenir le résultat du test de dépistage du virus causant la COVID-19 effectué à leur arrivée.

Stacy Gallas à l'aéroport de Calgary.

Stacy Gallas aurait préféré s'isoler chez elle plutôt qu'à l'hôtel.

Photo : Radio-Canada

C’est le cas de Stacy Galas qui a trouvé une chambre à l’Hôtel Acclaim. Je suis allée au Danemark pour passer du temps avec mon partenaire, pour apprendre le Danois et pour prendre une pause, explique la Calgarienne.

J’ai passé mon samedi, une de mes dernières journées avec lui, au téléphone à essayer de parler avec quelqu’un pendant huit heures pour faire une réservation, à un moment où j’essayais de dire au revoir à quelqu’un qui est très important pour moi.

Je trouve qu’on nous punit, alors que beaucoup de monde a de bonnes raisons pour voyager.

Stacy Gallas

Deux hôtels de Calgary peuvent accueillir des voyageurs. L’Hôtel Acclaim demande de 600 à 800 $ pour trois nuits, et le Marriott de l’aéroport de 1200 à 1300 $ également pour trois jours.

Un coût qui s'avère un soulagement pour Stacy Galas, car le gouvernement fédéral a laissé entendre que le coût du séjour pourrait atteindre 2000 $ par personne.

C’est cher, mais c’est moins cher que ce à quoi je m’attendais et je m’attendais au pire, dit-elle.

Mike Dykman est rentré lundi au pays avec l’équipe nationale de water-polo après un mois de compétition en Europe. Il trouve le processus frustrant, surtout que l’équipe était dans une bulle et a dû se faire tester régulièrement aux Pays-Bas.

Pour faire une réservation, il fallait appeler. Ça ne se faisait pas en ligne et ça a pris 2 ou 3 heures d’attente pour pouvoir parler à quelqu’un et ensuite, ç'a été long de faire les réservations pour tout le monde, décrit-il.

Même si je comprends les raisons pour lesquelles on nous demande cela, je ne pense pas que le gouvernement était prêt à répondre à la demande. Je trouve que les gens devraient pouvoir réserver en ligne tout simplement, dit-il.

Pendant les quatre semaines que nous avons passées à l’extérieur du pays, l’équipe a été testée 15 ou 17 fois avec des tests PCR et des tests rapides, donc on est pas mal certain qu’on est négatif. Je ne comprends pas pourquoi on ne peut pas s’isoler à la maison, ajoute l'athlète.

Ça ne fait aucun sens. Comme athlètes, nous avons été testés continuellement et nous étions dans une bulle. Je pense que nous devrions avoir droit à une exemption, fait valoir Mike Dykman.

Les voyageurs qui reçoivent un résultat négatif à leur test peuvent quitter l’hôtel et terminer leur quarantaine de 14 jours à leur domicile. Les voyageurs qui reçoivent un résultat positif doivent terminer leur quarantaine à l’hôtel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !