•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de répit pour Cathy pendant la pandémie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Cathy Clément et sa fille Charlie.

La fille de Cathy Clément a des besoins particuliers.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Cathy Clément est au bout du rouleau. Depuis la mise en place des mesures sanitaires, la mère monoparentale de Saint-Ulric n’a plus accès à un service de répit pour l’aider avec sa fille de 12 ans, qui est née avec une malformation au cerveau.

Depuis six ans, Mme Clément profitait d’un service de famille qui s'occupait de sa fille deux fins de semaine par mois.

Lorsque la COVID-19 a frappé le Québec, en mars dernier, Mme Clément a appris que le service de répit était suspendu jusqu’à nouvel ordre. Ce repos mensuel était important pour la maman qui s’occupe seule de sa fille aux besoins particuliers.

[Le répit,] ça permet un break, une pause mentale.

Cathy Clément, mère de Charlie

Elle a un retard global de développement. Elle est évaluée comme un enfant de trois ans. Elle a commencé à marcher à six ans, explique la mère de Charlie.

Des solutions insuffisantes

Des solutions de rechange ont été proposées à Mme Clément, comme une gardienne à la maison ou l'accès à un centre de répit privé.

Des services qui ne conviennent pas pour sa fille ou qui sont trop chers pour la maman, qui se dit à bout de souffle.

Le gardiennage, c’est du dépannage parce que ça se passe à la maison. C’est quelqu’un qui va venir chez moi s’occuper de Charlie. Pendant ce temps, je suis chez moi pareil. Il n’y a pas de répit. Ce n’est pas du répit, c’est clair, soutient la mère monoparentale.

Cathy Clément et sa fille Charlie sont dehors en hiver.

Charlie est née avec une malformation congénitale au cerveau.

Photo : Radio-Canada

Depuis le début du mois de janvier, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent dit travailler sur un projet pilote de service de répit à Matane.

En attendant, Cathy Clément est épuisée. Il y a de belles journées, mais il y a des journées plus difficiles, lance la maman.

Avec les informations de Bruno Lelièvre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !