•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La province doit gérer les routes lors des fusions municipales, croit Daniel Allain

Le ministre Daniel Allain, en entrevue au Téléjournal Acadie le 22 février 2021

Le ministre Daniel Allain, en entrevue au Téléjournal Acadie

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre des Gouvernements locaux, Daniel Allain, croit que la gestion des routes devrait rester entre les mains du gouvernement du Nouveau-Brunswick. Celui qui chapeautera une éventuelle réforme municipale dans la province affirme que les choses pourraient être faites différemment lors des prochains projets de fusions.

Ce qu’on a appris de la réforme [à Tracadie], c’est que les routes c’est un dossier assez nébuleux, à long terme les routes devraient rester avec la province , a-t-il déclaré en entrevue au Téléjournal Acadie, lundi.

Cette déclaration survient à quelques semaines de la prise en charge de la gestion des routes du Grand Tracadie par la municipalité. L'entretien des routes était jusqu’ici une responsabilité de la province.

Le 1er mai, la municipalité régionale de Tracadie deviendra responsable de la gestion d'environ 200 kilomètres de routes. Il s’agit d’une conséquence directe de la fusion municipale réalisée il y a sept ans.

La ville maintient cependant qu’elle n’a pas les moyens de gérer l'entretien de ces routes.

C’est une incompréhension des chiffres qui existent. Il faut faire sûr que tout le monde est d'accord sur les chiffres avant d'entamer une restructuration. On le voit aujourd’hui le dossier des routes, on n'a rien caché, mais il y a une incompréhension , croit le ministre Daniel Allain.

On doit être clair sur les responsabilités de la municipalité et les responsabilités de la province.

Daniel Allain, ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale

Il croit cependant que certains éléments de la fusion municipale à Tracadie ont été un succès et il se dit convaincu que l’expérience pourra être positive pour d’autres regroupements éventuels.

Je vois beaucoup de positif. Si on ne le fait pas, on va perdre des opportunités de développement économique et on va perdre nos services. C’est pour ces raisons qu’on fait la réforme et on veut aller de l’avant.

Les routes, la preuve d’une fusion ratée selon certains

Alors que la facture s’annonce importante pour la gestion des routes, des citoyens du Grand Tracadie remettent en question le projet de regroupement.

Tracadie

Une partie du centre-ville de Tracadie

Photo : Radio-Canada / René Landry

L’ancien membre du comité organisateur d’Ensemble vers l’avenir, Weldon McLaughlin, militait en 2014 pour que son DSL vote en faveur de la fusion municipale.

À l’époque, on espérait qu’en fusionnant la région Tracadie en une grande ville, pour passer d’environ 4500 à 16 000 habitants, la région allait se démarquer sur le plan économique et politique.

Selon Weldon McLaughlin, ça n’a pas été le cas. Ce que je regrette, c’est que le gouvernement par après n’a pas fait sa part et que nos élus dans la municipalité n’ont pas été à la hauteur de la tâche non plus , dit-il.

Des résidents, comme Louis-Paul Brideau de Pointe-à-Bouleau, disent que la situation leur laisse un goût amer.

La seule chose que je peux vous assurer, c'est que la majorité des gens dans les DSL, leurs taxes ont monté à plusieurs reprises , dit Louis-Paul Brideau.

Il craint que les coûts supplémentaires engendrés par la gestion des routes par la municipalité aient un impact jusque dans son portefeuille. Il déconseille même aux autres municipalités d’entreprendre un projet de fusion.

Faut dire non à ça. Faut pas qu'ils embarquent avec les autres villes. Qu'ils restent comme ils sont. Moi je ne vous conseille pas de faire ça pantoute, dit-il.

Pour sa part, le ministre Daniel Allain dit que des discussions sont en cours avec la municipalité de Tracadie et qu’il a l’esprit ouvert . Selon lui, les deux parties doivent travailler ensemble afin d’assurer le succès de cette expérience.

Avec des informations de Karine Godin et d'Alix Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !