•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mourir chez soi, un choix renforcé par la pandémie

Depuis un an, les patients en fin de vie sont plus nombreux à recevoir des soins palliatifs à leur domicile et à choisir d’y mourir. La crainte d’attraper la COVID et de mourir isolé de leurs proches pousse de plus en plus de Québécois à faire ce choix. Une approche qui pourrait se maintenir après la pandémie.

Photo prise dans la résidence de M. Gauthier à Montréal

Gilbert Gauthier dans son domicile

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Lorsqu’il a consulté son médecin spécialiste récemment, Gilbert Gauthier a compris que les traitements de chimiothérapie n'allaient sans doute pas contenir son cancer du poumon.

Elle m’a dit qu’il y avait des métastases, que c’était généralisé [...] et qu’elle pensait que la chimio ne ferait pas son effet, dit-il.

Je sais où je suis rendu, je sais qu’il n’y a pas d’alternative et que je vais mourir de ça, c’est définitif.

Une citation de :Gilbert Gauthier
Photo prise dans la cuisine de la résidence de M. Gauthier

L'infirmière Geneviève Desforges ausculte Gilbert Gauthier.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Rencontré dans son appartement de l’est de Montréal, M. Gauthier reçoit ce jour-là la visite de Geneviève Desforges, infirmière spécialisée en soins palliatifs pour la Société de soins palliatifs à domicile du Grand Montréal.

Douleur, problème de respiration, insomnie, M. Gauthier fait le point avec elle tant sur son état physique que psychologique.

Je me sens en sécurité, confie M. Gauthier. N'importe quoi qui ne va pas sur ma santé, j'ai l'infirmière à domicile, j'ai le psychologue, l'ergothérapeute et la physiothérapeute pour mes vertiges.

Sa conjointe et proche aidante, Line Francoeur, profite également de la visite de l’infirmière.

Geneviève, on est très à l'aise avec elle, je suis capable de m'ouvrir, de pleurer [...] Je trouve ça important, parce que j'en ai besoin moi aussi.

Une citation de :Line Francoeur
Sa femme lui installe son masque.

Gilbert Gauthier dans son domicile avec sa femme, Line Francoeur.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Au besoin, Mme Francoeur pourrait obtenir de la Société un répit de quelques heures par jour si elle le désirait.

11 % d'augmentation depuis mars 2020

Le recours aux soins palliatifs à domicile est en plein essor depuis le début de la pandémie.

On est à 130 patients de plus pour l'année [...] On s'enligne vers une augmentation de 20 %, constate Audrey-Jane Hall, directrice des soins à la Société de soins palliatifs à domicile du Grand Montréal.

La Société offre des services depuis 40 ans, notamment auprès du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal.

Elle sourit.

Audrey-Jane Hall, directrice des soins à la Société de soins palliatifs à domicile du Grand Montréal

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

Selon Mme Hall, la peur de mourir seul à l’hôpital et la crainte de contracter la COVID-19 ont convaincu plusieurs usagers de recourir à des soins à domicile.

Selon les données obtenues par Radio-Canada, plus de 21 200 Québécois ont reçu des soins palliatifs et de fin de vie à domicile entre avril et décembre 2020, une augmentation inédite de 11 % par rapport à l’année précédente.

De ce nombre, plus du tiers ont terminé leurs jours auprès de leurs proches à domicile, comparativement à une personne sur cinq auparavant. Du jamais-vu.

Au CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, la porte-parole Émilie Jacob constate que les gens ont fait davantage le choix de vivre leurs derniers moments à la maison pour être entourés de leurs proches.

Mais il est important de mentionner que ceux qui le désirent ont toujours eu la possibilité de recevoir leurs soins dans une unité de soins palliatifs, précise-t-elle.

Ailleurs au Canada, historiquement, plus de 40 % des patients en fin de vie font le choix de mourir ailleurs qu’en milieu hospitalier.

Plus de québécois choisissent de mourir à la maison

Jusqu’à 40 % en télémédecine

Offrir des soins palliatifs complets à un plus grand nombre de malades en temps de COVID a posé des défis dans certaines régions du Québec.

De son bureau à la maison de soins palliatifs Victor-Gadbois sur la Rive-Sud (Montréal), Christiane Martel, la présidente de la Société des médecins de soins palliatifs du Québec, a ajusté sa pratique pour pallier le manque de médecins à domicile.

Sur notre territoire, on a eu plusieurs appels à l’aide de plusieurs infirmières à domicile, pour qu’on puisse suivre les patients qui ne pouvaient pas se déplacer, affirme cette pionnière en soins palliatifs au Québec.

Dans son bureau à la maison de soins palliatifs Victor Gadbois

Christiane Martel, présidente de la Société des médecins de soins palliatifs du Québec

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

Nous, on a dépanné par la télémédecine pour des territoires éloignés à plus de 50 km d’ici, explique-t-elle. On avait que des consultations en personne il y a un an, et là, on a 40 % de nos consultations qui sont par télémédecine.

Avec le recul, la Dre Martel estime que ces soins palliatifs à domicile ont permis d’éviter bien des hospitalisations, un point de vue que partage Marie-Hélène Marchand, une médecin en soins palliatifs qui travaille à domicile et à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Elle constate aussi que plusieurs patients hospitalisés auraient pu être traités à la maison.

Il y a une grande quantité de consultations qu’on aurait pu absorber à la maison si on était mieux outillés, fait-elle valoir. Je pense aux grands insuffisants cardiaques ou aux malades pulmonaires qui font beaucoup d’allers-retours à l’hôpital.

Elle vante l'approche humaine des soins palliatifs offerts à domicile.

La Dre Marie-Hélène Marchand, médecin en soins palliatifs. Elle travaille à domicile et à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

Comme plusieurs médecins œuvrant dans ce domaine, elle souhaite que le virage entamé pendant la pandémie s’accélère dans les années à venir.

C’est une approche beaucoup plus humaine et moins chère pour le réseau de la santé, dit-elle.

Sa collègue Christiane Martel comprend mal la lenteur avec laquelle est pris le virage vers les soins palliatifs à domicile.

On l’espère profondément, le virage! J’ai de la difficulté à comprendre que notre réseau tarde à faire ce virage-là puisque, pour la population, c’est un meilleur service.

Une citation de :La Dre Christiane Martel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !