•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre d'un chauffeur de taxi, Jean-François Roy se dit « désolé »

Jean-Francois Roy arrive à une comparution en novembre 2014.

Jean-Francois Roy lors d'une comparution en novembre 2014 (archives)

Photo : Radio-Canada

Comme il l'avait fait lors de son premier procès, Jean-François Roy qui a tué un chauffeur de taxi en Beauce s'est excusé aux membres de la famille de la victime.

Je suis désolé, a exprimé Roy en se tournant vers le fils d'Hygin Veilleux, assis dans la salle.

Il s'est passé quelque chose de vraiment pas normal, a ajouté l'accusé de 37 ans, au sujet du moment où il a poignardé M. Veilleux en novembre 2014.

Disant qu'il ne réussirait pas lui-même à pardonner un tel geste, il a dit souhaiter que la famille de la victime de 73 ans puisse trouver un certain apaisement.

Les bras croisés, le visage fermé, Serge Veilleux a écouté les excuses du tueur de son père, sans réagir. À ses côtés, sa conjointe n'a pu retenir ses larmes.

Meurtre au premier degré?

Jean-François reconnaît avoir poignardé à mort Hygin Veilleux, mais conteste qu'il s'agisse d'un meurtre au premier degré.

Jean-François Roy assure ne pas se souvenir du drame, mis à part deux flashs qui lui reviennent en tête.

Alors qu'il était interrogé par son avocat, Me Alain Dumas, il a dit que ces images lui sont revenues à la suite de son premier procès, en juin 2017.

Lors du contre-interrogatoire, le procureur de la poursuite a cependant relevé qu'il avait parlé de flashs des événements à deux psychiatres avant le premier procès.

Après un verdict de culpabilité de meurtre au premier degré prononcé par un jury, la Cour d'appel a cassé ce verdict en raison d'une erreur du juge et ordonné un deuxième procès.

Les témoignages d'experts-psychiatres vont suivre celui de Jean-François Roy.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.