•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Seulement cinq nouveaux préposés aux bénéficiaires ne sont plus en poste

Une préposée entre dans une zone qualifiée de chaude.

Une préposée aux bénéficiaires

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Seulement cinq préposés aux bénéficiaires (PAB) sur les 217 engagés récemment au Saguenay-Lac-Saint-Jean ne sont plus en poste.

Ainsi, le taux de rétention dans la région est de 98 %, alors qu'il se situait à 93 % au Québec, selon des données en date du 2 décembre. Il faut rappeler cependant que ceux qui quittent en dedans d'un an doivent rembourser leur formation au coût de 9210 $.

Le nombre total de nouveaux employés dans la région devrait aussi continuer à grimper pour atteindre 360 en juin prochain. Il y aura tout d'abord la cohorte actuelle en formation avec 86 étudiants. Également, 57 aides préposés aux bénéficiaires obtiendront une une reconnaissance des acquis d'ici le 31 mars 2021.

Du côté du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, on se réjouit du succès obtenu jusqu'à maintenant. En général, l'ensemble des commentaires sont très positifs. D'abord, les gens sont contents d'avoir de la relève parce qu'il faut se le dire, sans cette formation on aurait eu de la difficulté à passer au travers de la crise de la COVID-19 parce qu'on manquait déjà de préposés aux bénéficiaires, a noté Nathalie Morin, conseillère en planification de la main-d'oeuvre au CIUSSS.

De nouveaux cours doivent débuter le 8 mars prochain. La date limite pour s'inscrire est le 26 février. Il reste 10 places disponibles, mais il manque cinq candidats pour démarrer la cohorte.

C'est le premier ministre François Legault qui avait annoncé au plus fort de la première vague que 10 000 nouveaux PAB seraient formés pour faire face à la seconde vague de COVID-19.

D'après des informations de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !