•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une peinture qui fait jaser

Des milliers d’automobilistes sont conquis par les performances de l’auto électrique Tesla modèle 3 depuis son arrivée sur le marché québécois en 2018. Mais plusieurs d’entre eux sont confrontés à une triste réalité : la fragilité de la peinture, qui s'écaille par endroits.

Dans son garage

Jean-François Bellerose

Photo : Radio-Canada

Jean-François Bellerose était convaincu que la Tesla modèle 3 qu’il a achetée en juin 2019 le rendrait heureux pendant plusieurs années.

C’est l’une des meilleures voitures que j’ai conduites dans ma vie, affirme à La facture cet habitant de Sherbrooke.

Mais cette merveilleuse auto, qui lui a coûté plus de 60 000 $ – moins les subventions fédérale et provinciale –, lui a réservé une mauvaise surprise.

Huit mois après son achat, Jean-François Bellerose remarque que des problèmes de peinture sont apparus au bas des portes et des ailes de sa voiture.

Quand je lavais l’auto, j’avais beau la laver, c’est comme si elle était tout le temps sale. Comme si on s’en venait directement à la couleur d’origine, avant que ce ne soit peint.

Une citation de :Jean-François Bellerose
La voiture de Jean-François Bellerose

On peut voir ici la peinture qui se désagrège au bas de la portière

Photo : Radio-Canada

Dans une de ses chroniques sur Facebook, le journaliste du Guide de l’auto Antoine Joubert a clairement démontré que le problème de peinture sur la Tesla modèle 3 est réel en enlevant de la peinture qui s’écaillait littéralement.

Il y évoque les problèmes du propriétaire d’un de ces véhicules avec qui il s’est entretenu.

L’homme, qui voulait faire une réclamation, a reçu comme réponse de la part de Tesla que l’entreprise se dégageait de toute responsabilité, parce que ce n’est pas de notre faute si, au Québec, on met des abrasifs sur la route, rapporte le chroniqueur.

Devant Radio-Canada

Antoine Joubert, journaliste au Guide de l'auto

Photo : Radio-Canada

C’est un peu la même réponse que Tesla a faite à Jean-François Bellerose : que sa peinture n’était pas garantie en raison du climat.

La direction de Tesla a refusé de répondre à nos questions et elle a fait fi de nos nombreuses demandes d’entrevues.

Un problème connu

Éric Bolduc, propriétaire d’Antirouille Bolduc à Saint-Apollinaire, au Québec, connaît mieux que quiconque la Tesla modèle 3, puisque la majorité de ses clients en possèdent une.

Ces propriétaires réclament une protection pour éviter de possibles problèmes d’écaillement de la peinture.

La réputation de Tesla, on sait que ce n’est pas la joie côté peinture. La Tesla modèle 3, c’est une super voiture, mais elle est fragile.

Une citation de :Éric Bolduc
Dans son garage.

Éric Bolduc, propriétaire d’Antirouille Bolduc, à Saint-Apollinaire

Photo : Radio-Canada

M. Bolduc explique cette faiblesse par une peinture trop mince, souvent mal appliquée, et par la conception de l’auto qui réserve une partie arrière plus large que l’avant.

Le magazine américain Consumer Reports décidait en 2019 de ne plus recommander les Tesla modèle 3 pour diverses raisons, dont ses problèmes de peinture.

Les commentaires des propriétaires en ce qui a trait à la fiabilité faisaient état de nombreux problèmes, explique Jake Fisher, qui coordonne les tests automobiles chez Consumer Reports.

Consumer Reports a cependant pris la décision de recommander la Tesla modèle 3 l’année suivante, mais le porte-parole du magazine précise que des automobilistes signalent encore des problèmes de peinture.

Au bord de la rivière.

La Tesla modèle 3 de Jean-François Bellerose.

Photo : Radio-Canada

Vers une action collective

Insatisfait de l’immobilisme de Tesla à la suite de sa réclamation, Jean-François Bellerose n’a pas l’intention de baisser les bras.

Il s’est adjoint les services de l’avocat Éric Bertrand pour exercer une action collective au Québec contre ce nouveau géant de l’automobile.

Cette action collective, si elle est autorisée à la fin de 2021, pourrait regrouper un grand nombre d’automobilistes, à condition qu’ils aient subi des problèmes de peinture.

Plus de 10 000 Tesla modèle 3 ont été vendues ou louées à long terme dans la province depuis mai 2018.

Ce qui est demandé, c’est une réparation des véhicules. On parle d’un montant de 4000 à 5000 dollars. En principe, si le véhicule est vendu ici, il doit être adapté au marché québécois.

Une citation de :Me Éric Bertrand
 L'avocat est dans son bureau

Me Éric Bertrand

Photo : Radio-Canada

Jean-François Bellerose ne tourne pas le dos à la Tesla pour autant. Mais il dit qu’il posera beaucoup de questions avant d’en racheter une.

Le reportage du journaliste Yvan Lamontagne et de la réalisatrice France Larocque de l'émission La facture sera diffusé mardi à 19 h 30.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !