•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des écologistes demandent plus de contrôle sur les bassins de rétention

L'eau sort de deux tuyaux suspendus au dessus d'un champ de plants verts, avec plusieurs tuyaux accrochés à un pivot d'irrigation à l'arrière-plan.

La Loi provinciale sur l’eau vise à protéger les sources d’eau potable de l’Île-du-Prince-Édouard. Elle fait l’objet de consultations publiques depuis 2015.

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Radio-Canada

La Loi provinciale sur l’eau entrera en vigueur le 16 juin, à l’Île-du-Prince-Édouard. Néanmoins, le texte législatif ne fait pas l’unanimité. Des groupes de défense de l’environnement revendiquent plus de contrôle sur les bassins de rétention dans les fermes.

Ces réservoirs sont utilisés dans l’irrigation des terres agricoles.

Les inquiétudes sur les lacunes dans les règlements de la province ont été soulevées vendredi.

Lynne Lund donne une entrevue.

La députée du parti Vert, Lynne Lund, espère que le gouvernement provincial accepte les suggestions du comité législatif qui s'occupe de la révision de la Loi.

Photo :  CBC / Ken Linton

La députée du parti Vert, Lynne Lund, a expliqué que l’usage de ces bassins de rétention ne protégerait pas l’apprivoisement en eau de l'île. Selon elle, chaque bassin versant de la province est différent et ce ne sont pas tous les bassins qui sont en mesure d’assurer un niveau continu de prélèvement d’eau.

 On nous dit maintenant que les bassins de rétention n’ont jamais besoin d’être conformes, a-t-elle déclaré.

Catherine O’Brien, présidente de la Coalition pour la protection de l’eau de l’Île-du-Prince-Édouard, a déclaré que les bassins de rétention devraient être soumis à une réglementation plus sévère.

Cela peut mettre en danger la santé du cours d'eau dans la région, a-t-elle déclaré.

Catherine O'Brien pose pour la photo dans un champ d'une ferme à l'Île-du-Prince-Édouard.

Catherine O'Brien, présidente de la Coalition pour la protection de l'eau de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo :  CBC

La réponse du gouvernement

Le ministre de l’Environnement, Steven Myers, a expliqué, pour sa part, que les agriculteurs insulaires qui utilisent les bassins de rétention respectent le règlement actuel.

Il explique que dans les cas où plus d’un puits à faible capacité est utilisé pour remplir ces réservoirs, les agriculteurs devront se conformer au moratoire sur les puits à grande capacité.

Steven Myers en entrevue dans son bureau

Le ministre Steven Myers a quitté son poste à la tête du ministère du Transport il y a deux semaines, lors d'un remaniement ministériel. Il s'occupe désormais du ministère de l'Environnement.

Photo : CBC/Brian Higgins

L’interdiction de creuser des puits d’irrigation à grande capacité est en place dans la province depuis 2012.

La nouvelle Loi sur l’eau maintiendra ce moratoire. Toutefois, une exemption est prévue pour la réalisation de recherches scientifiques sur la nappe phréatique insulaire.

Le texte législatif donne aussi le feu vert pour qu’une étude sur l’impact des puits à grande capacité sur la l'apprivoisement de l'eau à l’île soit menée par des chercheurs de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard.

La Loi sur l’eau vise à protéger les sources d’eau potable de l’île. Elle fait l’objet de consultations publiques depuis 2015. En 2017, le texte législatif a été adopté, mais la Loi n’a jamais été promulguée.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !