•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation des chauffeurs d'autobus de la Commission scolaire Eastern Townships

Des syndiqués tiennent des pancartes.

Les chauffeurs d'autobus ont manifesté pour le renouvellement de leur convention collective.

Photo : Radio-Canada / Daniel Mailloux

Radio-Canada

Les chauffeurs d'autobus de la Commission scolaire Eastern Townships ont manifesté lundi matin pour dénoncer la lenteur des négociations pour le renouvellement de leur convention collective.

Réunis devant le garage de la commission scolaire, les chauffeurs ont reçu l'appui de personnel de soutien venant de différents centres de services scolaires de l'Estrie.

Le 1er février dernier, les 75 chauffeurs d'autobus membres du syndicat ont appuyé dans une proportion de 94 % l'adoption d'un mandat de grève de cinq jours à exercer au moment jugé opportun.

Des chauffeurs manifestent devant leur autobus.

Les négociations pour le renouvellement de la convention collective perdurent depuis 1 an et demi.

Photo : Radio-Canada / Daniel Mailloux

Le président de la Fédération du personnel de soutien scolaire CSQ, Éric Pronovost, affirme que les discussions font du surplace, parce que les négociateurs ne semblent pas avoir de mandat pour faire avancer les pourparlers.

On fait face à une table de négociation qui ne connaît pas la réalité du quotidien de nos chauffeurs d'autobus et c'est déplorable, parce que ça va prendre des moyens et des conditions de travail pour régler la pénurie de main-d'œuvre, assure-t-il.

Lutte contre la privatisation

Éric Pronovost déplore que le recours à la sous-traitance soit de plus en plus fréquent. Selon le syndicat, des entreprises privées font maintenant partie du paysage du transport scolaire dans la région et prennent la place des chauffeurs du réseau public.

La commission scolaire engage énormément de chauffeurs au privé et n'utilise pas les chauffeurs qui sont à l'emploi de la commission scolaire. On préfère couper des heures et couper des postes, et c'est déplorable.

Éric Pronovost, président de la Fédération du personnel de soutien scolaire CSQ

Éric Pronovost dénonce également une forme d'iniquité, puisque, selon le syndicat, les chauffeurs du secteur privé recevraient une prime annuelle de 2000 $ qui n'est pas octroyée aux syndiqués œuvrant dans le réseau public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !