•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Important recul de l’emploi en Outaouais

Une serveuse verse un café à un client.

Les secteurs particulièrement touchés, partout au Québec, sont ceux de l'hôtellerie et de la restauration (archives).

Photo : Radio-Canada / Louis Martineau

Émilie Bergeron

Pas moins de 17 700 pertes d’emplois sont survenues en Outaouais en 2020, selon un nouveau rapport de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) qui souligne que les répercussions sont plus marquées chez les jeunes.

« Tout le monde a été touché, mais particulièrement les jeunes parce que les emplois qui ont été impactés sont souvent des emplois d’entrée en carrière dans les secteurs de la restauration et du service à la clientèle », souligne Véronique Bernier, coordonnatrice aux communications et aux projets du Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais.

Selon les chiffres publiés par l’ISQ lundi, la tendance est généralisée à toute la province. Le tiers des emplois perdus en 2020 étaient occupés par des jeunes.

Le recul de l’emploi se chiffre à 11,8 % pour les travailleurs de 15 à 25 ans, comparativement à 3,6 % chez les 25-54 ans et 4,3 % chez les 55 ans et plus.

Malgré ce portrait sombre de la situation, Mme Bernier dit voir une lueur d’espoir dans le fait que l’Outaouais vient de basculer en zone orange.

Ce qui est beau, c’est que, chez les jeunes comme dans d’autres [catégories d'âge], les emplois sont encore là et sont de retour, ajoute-t-elle en soutenant qu'elle constate déjà du recrutement pour des emplois d’été, notamment.

Éviter un nouveau confinement

Portait de l'homme devant un tableau illustrant des chapeaux et des feuilles d'érable.

Stéphane Bisson, président par intérim de la Chambre de commerce de Gatineau (archives)

Photo : Radio-Canada

À la Chambre de commerce de Gatineau, on est aussi encouragé par le passage en zone orange et, incidemment, la réouverture des commerces non essentiels. Le président par intérim de l’organisation, Stéphane Bisson, exhorte néanmoins la population à respecter les restrictions fixées par la santé publique afin d'éviter que les entreprises n’aient à fermer leurs portes à nouveau.

Mon souhait, c’est qu’on soit tous en mesure de respecter les mesures sanitaires pour qu’on ne retombe pas dans une troisième vague, insiste-t-il.

Malgré cette lumière au bout du tunnel, il souligne que les pertes d’emplois dans la région sont énormes considérant qu’avant la pandémie, la situation sur le marché de l’emploi était tout le contraire, soit un plein emploi de la population active et un manque de main-d’œuvre.

Il implore les différents ordres de gouvernement de déployer plus de programmes d'aide ciblés aux entreprises qui ont particulièrement écopé durant la pandémie, comme celles qui œuvrent dans le tourisme et les transports.

Ce qui nous inquiète particulièrement, [...] c’est qu’au cours des dernières semaines, huit entreprises sur dix n’étaient pas rentables, ne réussissaient pas à couvrir leurs coûts d’opération minimum.

Stéphane Bisson, président par intérim de la Chambre de commerce de Gatineau

Baisse plus creuse que la moyenne québécoise

Notons que la baisse du taux d’emploi rapportée par l’ISQ pour l’Outaouais est plus marquée que cette même proportion pour l’ensemble du Québec. En effet, la diminution est de 5,9 points de pourcentage en Outaouais, contre 3,4 points pour tout le Québec.

L’Outaouais n’est toutefois pas la seule région administrative à afficher un plus lourd recul. Le taux d’emploi a diminué de 7,5 points de pourcentage dans les Laurentides, de 6,2 points en Abitibi-Témiscamingue, de 6 points dans la région de Québec et de 4,4 points dans celle de Montréal.

Quant au taux de chômage, qui se situait à 5 % en 2019 pour l'Outaouais, il atteint 8,1 % en 2020. À titre de comparaison, cette proportion atteint 8,9 % pour l’ensemble du Québec.

À ce chapitre, l’Outaouais se retrouve en milieu de peloton par rapport aux autres régions administratives de la province.

Taux de chômage en 2020 dans les différentes régions du Québec

  • Gaspésie-îles-de-la-Madeleine: 13,2 %

  • Montréal : 11,4 %

  • Laurentides: 10 %

  • Saguenay–Lac-Saint-Jean: 9,3 %

  • Lanaudière: 8,6 %

  • Montérégie: 8,4 %

  • Mauricie: 8,3 %

  • Laval: 8,2 %

  • Outaouais: 8,1 %

  • Côte-Nord et Nord-du-Québec: 7,6 %

  • Estrie: 7,1 %

  • Bas-Saint-Laurent: 7 %

  • Capitale-Nationale: 6,9 %

  • Abitibi-Témiscamingue: 6,6 %

  • Centre-du-Québec: 6,1 %

  • Chaudière-Appalaches: 5,7 %

Partout au Québec, les secteurs de l’hébergement et de la restauration ont été fortement touchés par les répercussions de la COVID-19, enregistrant une perte nette de 80 900 emplois en 2020.

Les autres industries particulièrement ébranlées sont celles du commerce (- 56 000 emplois), ainsi que celles des arts, des spectacles et des loisirs (- 18 600 emplois), toujours en perte nette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !