•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Panne informatique majeure : nouveau problème concernant les radios des policiers

Des serveurs informatiques.

La panne de samedi matin a compliqué notamment les communications entre les policiers et le service d'urgence 911 (archives).

Photo : Radio-Canada

Une panne informatique majeure à la Ville de Québec a mis en lumière un nouveau problème du Système évolué de radiocommunication pour l'agglomération de Québec (SÉRAQ). Le système de relève en cas de panne, situé dans un deuxième bâtiment, ne s’est jamais enclenché automatiquement comme il aurait dû le faire.

Les policiers ont donc dû composer avec des problèmes de communication pendant plus d’une heure samedi matin. Normalement, le système de redondance aurait dû s'activer automatiquement. On est en train d'enquêter pour comprendre pourquoi cette activation de la relève ne s'est pas faite, explique le directeur des technologies de l’information, Marc Vézina.

Il ajoute que des tests avaient pourtant été effectués sur ce système de relève et qu'aucun problème n’avait été décelé. Le SÉRAQ est conçu pour ne jamais tomber en panne, puisqu’il s’agit d’un outil essentiel aux policiers pour assurer la sécurité de la population. La panne de samedi matin a compliqué notamment les communications entre les policiers et le service d'urgence 911.

L’inspecteur commandant du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), André Turcotte, explique que chaque véhicule de police est muni d’un cellulaire qui peut émettre et recevoir des appels, ce qui a permis aux policiers de rester en contact avec les répartiteurs du 911.

André Turcotte, inspecteur commandant au Service de police de la Ville de Québec.

André Turcotte, inspecteur commandant au Service de police de la Ville de Québec

Photo : Courtoisie / Ville de Québec

Dans un très court laps de temps, des officiers cadres se sont rendus dans nos postes de police pour s'assurer de prendre en charge la situation, précise le haut gradé.

Problème de répartition

La panne des équipements informatiques de la Ville de Québec a aussi touché la répartition assistée par ordinateur (RAO).

Le cœur du système est demeuré en fonction, mais quiconque essayait d’ouvrir le logiciel et s’y enregistrer était incapable d’y arriver, et ce, pendant plus de 3 heures samedi matin. À cette heure-là, on était sur un changement de quart de travail, donc la majorité des policiers avaient à [s'authentifier] dans leur véhicule patrouille, confirme l’inspecteur commandant Turcotte.

Un écran véhiculaire dans une autopatrouille du SPVQ.

La répartition assistée par ordinateur a été implantée au Service de police de la Ville de Québec en mai 2019.

Photo : Radio-Canada / Alexandre DUVAL

Erreur de branchement

Les systèmes SÉRAQ et RAO ont fait la manchette à plusieurs reprises en raison de leur manque de fiabilité dans les derniers mois. Dans ce cas-ci, le directeur général de la Ville de Québec, Luc Monty, estime qu’il ne s’agit pas d’une question de fiabilité.

Ce ne sont pas les systèmes de SÉRAQ et RAO qui ont fait défaut. C'est leur alimentation électrique, juge le directeur.

La panne aurait été causée par un mauvais branchement électrique effectué il y a cinq ans, au moment de l’installation du matériel informatique de la Ville dans un centre de données provincial. Des travaux de nature électrique étaient effectués sur le bâtiment cette fin de semaine et, même si aucun impact n’était anticipé sur les systèmes municipaux, les mauvais branchements ont causé des dommages à deux composants informatiques.

Nos équipements auraient dû être branchés sur deux systèmes électriques différents, et là, ils étaient branchés sur le même. Ce qui fait que, quand ils ont fait les travaux, nos équipements ont eu des problèmes, résume Marc Vézina, responsable des technologies de l’information à la Ville.

La panne a aussi touché de nombreux services en ligne offerts aux résidents de Québec. Tout a été rétabli vers 21 h dimanche.

Le chef de l'opposition à l'Hôtel de Ville, Jean-François Gosselin, juge que les explications données par les hauts fonctionnaires de la Ville de Québec ne sont pas rassurantes.

Je m’attends à ce que les conclusions de cette enquête soient rendues publiques dès que possible, déclare-t-il dans un communiqué. Les contribuables investissent des dizaines de millions dans nos services informatiques chaque année, on s’attend donc à ce qu’ils soient performants et sans faille.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !