•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fraudeurs exploitent les émotions des gens durant la pandémie

Un homme âgé parle au téléphone en tenant, dans son autre main, une carte de crédit.

Il est plus difficile de savoir qui nous appelle réellement quand des fraudeurs établis à l’étranger déguisent leur numéro de téléphone afin de le faire passer pour un numéro local (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Beaucoup de gens travaillent, magasinent et brassent d’autres affaires en ligne dans leur domicile en cette période de pandémie, ce qui fait craindre aux autorités une croissance du nombre de victimes de fraude.

Des criminels tentent de profiter du fait que des gens recherchent de l’aide financière ou même un animal de compagnie, par exemple, pour les arnaquer, explique Jeff Thomson, un expert du Centre antifraude du Canada et analyste principal du renseignement à la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Les tentatives de fraude, souligne-t-il, sont conçues pour tirer parti des émotions des gens.

En Nouvelle-Écosse seulement, près de 1500 personnes arnaquées ont perdu en tout 2,3 millions de dollars durant les quatre dernières années.

Au Canada, du 6 mars 2020 au 31 janvier 2021, plus de 11 000 fraudes liées à la COVID-19 ont été signalées. Près de 10 000 victimes ont perdu en tout 7 millions de dollars.

La Régie de santé de la Nouvelle-Écosse prévient le public, lundi, qu’un faux courriel qui semble provenir d’elle demande aux gens de remplir un formulaire prétendument aux fins de la recherche de contacts liée à la COVID-19. La Régie rappelle qu’elle ne demande jamais ces renseignements par courriel. Seuls les employés de la santé publique effectuent la véritable recherche de contacts, et ce, par téléphone, précise-t-elle.

À Sydney, J. D. Jacobs dit avoir reçu un appel de fraudeurs qui tentaient de se faire passer pour des employés de Revenu Canada et qui menaçaient de l’arrêter pour un prétendu défaut de paiement d’impôts. J'en sais suffisamment pour ne pas les croire, mais malheureusement ce n'est pas le cas de tout le monde.

Le nombre de personnes qui tombent dans ce genre de piège est décourageant, estime le sergent Andrew Joyce, de la GRC en Nouvelle-Écosse.

Les policiers, explique-t-il, conseillent aux gens de rester attentifs à deux éléments pour comprendre si quelqu’un essaie de les arnaquer : l’exigence d’un paiement accompagné de menaces.

Il s’agit d’une fraude si la personne réclame des fonds par cryptomonnaie, par carte-cadeau ou par virement bancaire, ou si la demande comprend des menaces qui semblent provenir d’entreprises ou d’organismes gouvernementaux légitimes, précise le sergent Joyce.

Il dit être convaincu que beaucoup moins de gens tomberaient dans le piège si tout le monde connaissait ces deux principes.

Un policier.

La GRC recommande aux gens d'être attentifs aux demandes de paiement accompagnées de menaces qui semblent provenir d'organismes légitimes. Ce sont généralement des tentatives de fraude.

Photo : CBC

Une personne résidant à Timberlea, en Nouvelle-Écosse, a perdu près de 900 $ au début de février après avoir reçu un courriel frauduleux confirmant une commande en ligne, explique Andrew Joyce. Le faux courriel présentait un numéro de téléphone. Les fraudeurs soutenaient que l'ordinateur de la victime était mal protégé et ils l'ont convaincue d'acheter un soi-disant abonnement de quatre ans à un service de surveillance de l'appareil.

Les fraudeurs se concentrent parfois sur certains éléments de la population, dont les personnes âgées ou celles à la recherche d’un emploi, mais personne n’est à l’abri, soulignent les autorités.

Jeff Thomson mentionne que le nombre de fraudes d’identité a doublé en 2020. Les fraudeurs, explique-t-il, se servent des renseignements personnels de leurs victimes pour tenter d’obtenir des cartes de crédit, des prêts ou l’aide financière de programmes gouvernementaux.

Avec des renseignements d’Erin Pottie, de CBC, et de Paul Légère, de Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !