•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : nouvelle éclosion au CHSLD Lionel-Émond à Gatineau

Un édifice sous la neige.

Le centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) Lionel-Émond, à Gatineau, aussi connu sous le nom du Foyer du bonheur.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

Le centre d'hébergement Lionel-Émond est aux prises avec une nouvelle éclosion de COVID-19. Vingt-trois résidents d’un même département ont contracté le virus ainsi qu'au moins cinq employés. L’origine de l’éclosion demeure inconnue des autorités de santé publique.

En point de presse, le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de l’Outaouais explique que c'est par hasard que l’éclosion a été découverte en fin de semaine. Puisque tous les résidents atteints n'avaient peu ou pas de symptôme, personne ne se doutait de la présence du virus dans le CHSLD.

On a eu un signalement qui nous a permis de déclencher une enquête rapide et de faire un dépistage systématique. Si on n’avait pas fait ce dépistage systématique, on n'aurait jamais trouvé ces cas-là, parce que ce sont des gens qui n'ont aucun symptôme, explique Dre Carol McConnery, médecin-conseil en maladies infectieuses à la direction de Santé publique au CISSS de l’Outaouais.

Depuis, des protocoles en cas d’éclosion ont été mis en place, indique le directeur du soutien à l’autonomie des personnes aînées du CISSS de l’Outaouais Benoit Major : On fait comme on a déjà fait quand on a une éclosion. Malheureusement, on est un peu habitués. Donc, dans ces circonstances-là, on regroupe les gens ensemble, on dédie du personnel spécifiquement pour les gens qui sont positifs.

Le CISSS de l’Outaouais a aussi tenu à spécifier que tous les membres des familles de l’ensemble des résidents ont été avisés. Des équipes de dépistage ont également été appelées en renfort pour procéder à un dépistage massif dans le CHSLD. Tous les autres résidents, les travailleurs ainsi que les proches ayant été en contact avec les résidents sont fortement invités à se faire tester.

Oui, il y a une éclosion, oui, les mesures sont en place et je vous dirais qu'on est confiants avec les mesures qu'on a mis en place qu'on va prendre le contrôle sur la situation.

Benoit Major, directeur du soutien à l’autonomie des personnes aînées du CISSS de l’Outaouais

L’origine de l’éclosion toujours inconnue

Malgré tout, un mystère demeure : comment le virus a-t-il pu s’introduire dans un CHSLD où la majorité des résidents sont vaccinés contre la COVID-19 ?

À Lionel-Émond, 96 % des résidents ont reçu leur première dose du vaccin contre le virus à l’heure actuelle. Ils étaient donc mieux protégés contre la COVID-19 que lors de la première éclosion au printemps dernier.

Toutefois, cette première dose a été administrée en décembre. Pour que l'efficacité soit optimale, il faut qu’une deuxième dose soit administrée dans un délai spécifique.

On sait, d’après les données québécoises, qu'il y a une efficacité vaccinale de 21 à 27 jours après la première dose, mais on sait que cette efficacité ne disparaît pas du jour au lendemain. Alors, quand on a une efficacité vaccinale de 80 ou 90 % et puis qu'on veut donner la 2e dose à 42 jours, rendu au 43e jour, on ne tombe pas à zéro. Le système immunitaire est capable de maintenir l'efficacité vaccinale.

Difficile donc d’en conclure qu’un résident est à la source de l’éclosion, avertissent les autorités de santé publique, qui indiquent qu’une enquête est en cours.

Inquiétude des travailleurs

La situation inquiète la présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé et des services sociaux de l’Outaouais, Josée McMillan.

Je pense qu’il va falloir redoubler d’efforts et continuer à appliquer les mesures d’hygiène [...] comme porter le masque, se laver les mains souvent [...] pour s’assurer qu’on ne se retrouve pas avec plein d’éclosions dans nos établissements.

Environ 40 % des employés de Lionel-Émond ont reçu une première dose du vaccin contre la COVID-19, ce qui incite la Dre Carol McConnery, médecin-conseil en maladies infectieuses à la direction de Santé publique au CISSS de l’Outaouais à la prudence.

Vu que le taux de vaccination [des travailleurs] est bas, on veut vraiment inciter les travailleurs à se faire dépister.

La direction du CISSS de l’Outaouais précise toutefois que cette éclosion n’aura pas d’impact sur le palier de couleur dans la région et qu’une annonce concernant l’administration des deuxièmes doses du vaccin contre la COVID-19 devrait avoir lieu dans les prochaines semaines.

Quatre nouveaux cas au Monastère d'Aylmer

Par ailleurs, il n'y a pas seulement qu'au CHSLD Lionel-Émond que le coronavirus s'est introduit dans les derniers jours. Un premier cas de COVID-19 avait été déclaré le 1er février dernier dans la résidence privée pour aînés d'Aylmer, le Monastère.

Dans les dernières 24 heures, quatre nouveaux cas y ont été dépistés, confirme le CISSS de l'Outaouais.

L'établissement indique que sur les 19 cas déclarés de COVID-19 chez ses résidents, 15 personnes sont désormais guéries. Du côté de ses employés, deux cas demeurent actifs sur six infections. Un résident de la résidence est décédé de la COVID-19.

Marie-France Lemay, vice-présidente, Opérations et ventes, de Chartwell résidences pour retraités, assure que toutes les mesures sanitaires sont mises en place pour répondre à la situation. Nous continuons de travailler en étroite collaboration avec le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais et la Santé publique, et nous suivons toutes les directives gouvernementales, en plus de nos protocoles accrus. (...) Alors que nous travaillons à stabiliser l’éclosion et que le processus de vaccination suit son cours, nous continuons d’encourager le plus grand respect de nos protocoles de prévention et de contrôle des infections, explique-t-elle dans une déclaration écrite envoyée à Radio-Canada.

Avec les informations de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !