•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

République démocratique du Congo : l'ambassadeur italien tué dans une attaque armée

Des soldats de l'ONU sont postés sur une route.

Le diplomate italien Luca Attanasio est mort après une attaque contre un convoi de l'ONU.

Photo : AFP / ALEXIS HUGUET

Agence France-Presse

L'ambassadeur d'Italie à Kinshasa a été tué lundi par balles lors d'une attaque armée qui a visé un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) pendant une visite près de Goma dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC).

L'ambassadeur Luca Attanasio est décédé de suite de ses blessures, a déclaré à l'AFP une source diplomatique de haut rang à Kinshasa. Deux autres personnes ont également été tuées pendant l'attaque, a indiqué de son côté à l'AFP le major Guillaume Djike, porte-parole de l'armée dans la région du Nord-Kivu.

Lundi matin, le président italien Sergio Mattarella a dénoncé l'attaque lâche qui a coûté la vie à l'ambassadeur, au militaire italien Vittorio Iacovacci et à leur chauffeur.

La République italienne est en deuil pour ces serviteurs de l'État qui ont perdu la vie dans l'exercice de leurs fonctions, a ajouté M. Mattarella en déplorant l'acte de violence perpétré alors qu'ils se déplaçaient en voiture dans un convoi de la Monusco, la mission des Casques bleus en RDC.

Les Forces armées congolaises ratissent pour savoir qui sont les assaillants, a indiqué de son côté l'armée congolaise.

L'attaque contre ce convoi de l'ONU a eu lieu au nord de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu en proie à la violence des groupes armés depuis plus de 25 ans.

Une photo de l'ambassadeur Luca Attanasio.

Luca Attanasio, ambassadeur d'Italie en République démocratique du Congo

Photo : Reuters / Ministère italien des Affaires étrangères

25 ans de conflit

L'Est de la République démocratique du Congo, région riche en minerais, est le théâtre d'une paix introuvable et de violences quotidiennes qui touchent les civils depuis 25 ans.

Dans un rapport publié lundi, les experts du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST) ont répertorié 122 groupes armés actifs en 2020 dans les quatre provinces orientales de RDC : le Nord et le Sud-Kivu, l'Ituri et le Tanganyika.

Dans les deux seules provinces du Kivu, le KST a enregistré 2127 civils tués entre janvier 2019 à octobre 2020.

L'ambassadeur italien Luca Attanasio est tombé dans une embuscade au nord de Goma, près des fiefs de la rébellion Hutue rwandaise des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et des milices Nyatura de Hutus congolais. Des membres du M23 (rébellion de Tutsis congolais qui avait pris Goma en 2012-13) sont également présents dans la zone.

Cette zone à haut potentiel touristique abrite le parc des Virunga, dont des rangers sont régulièrement victimes d'embuscades (200 depuis la création du parc en 1925, d'après sa direction).

Les FDLR, formées au début des années 2000 et dont certains fondateurs ont participé au génocide des Tutsis du Rwanda en 1994, ont été accusées de la mort d'une douzaine de rangers dans le parc des Virunga le 24 avril 2020.

C'est dans le grand Nord du Kivu, en territoire de Beni, que la violence est la plus forte. Dans ce territoire frontalier de l'Ouganda, les Forces démocratiques alliées (ADF) sont de loin le groupe armé le plus meurtrier dans tout l'Est.

Entre juillet et décembre 2020, des attaques attribuées aux ADF ont fait 468 [...] tués dont 108 femmes et 15 enfants, selon un récent rapport du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'Homme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !