•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bilan positif pour une saison pas ordinaire de pêche au poulamon

Des cabanes de pêche sur la rivière Sainte-Anne.

La saison de pêche au poulamon sur la rivière Sainte-Anne a pris fin dimanche.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Radio-Canada

C’est dimanche qu’a pris fin la saison de pêche au poulamon sur la rivière Sainte-Anne, à Sainte-Anne-de-la-Pérade en Mauricie.

Les pourvoyeurs ont dû composer avec plusieurs défis pour tenir leur 83e saison : une pandémie, l’adversité de la mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade et une météo défavorable qui a reporté l'ouverture de la pêche de quatre semaines.

Pour nous, c’est mission accomplie. On a réussi à faire la 83e année, malgré toutes les embûches.

Une citation de :Steve Massicotte, président de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne

Au total, près de 10 000 personnes sont venues taquiner le poulamon pendant les cinq semaines de pêche cette année. Dans les dernières années, l’événement attirait près de 100 000 visiteurs.

Le président de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne, Steve Massicotte, a indiqué que, bien qu’écourtée et marquée par les restrictions imposées par les mesures sanitaires, la saison de pêche hivernale sur la rivière Sainte-Anne aura été rentable pour les pourvoyeurs participants, qui ont réussi à couvrir leurs frais d’exploitation.

Des liens à reconstruire avec la municipalité

La situation était pourtant loin d’être gagnée d’avance. Les pourvoyeurs n’ont eu le feu vert de la santé publique régionale qu’en décembre, et la population locale était en partie rébarbative à l’arrivée massive de visiteurs dans la municipalité.

Il n’y aura finalement eu aucune éclosion liée à la pêche au poulamon, une situation dont se félicite l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne.

Un homme s'occupe d'installer une cabane de pêche sur la rivière Sainte-Anne.

Steve Massicotte est porte-parole de l'Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Steve Massicotte n’a cependant pas oublié les interventions de la mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade, Diane Aubut, qui s’était affichée contre la tenue de la saison de pêche cette année.

Je pense que la mairesse aurait dû rester neutre ou, du moins, ne pas faire le tour du Québec avec ses propos, a-t-il déclaré au micro de Toujours le matin. Ceci dit, je pense qu’on va laisser retomber la poussière.

La mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade considère à ce jour que sa sortie publique contre la pêche sur la rivière était justifiée, en raison des nombreux appels reçus de citoyens inquiets de voir débarquer plusieurs visiteurs dans la petite municipalité.

On savait que notre position ne serait pas populaire, a raconté Diane Aubut en entrevue à Toujours le matin. Lundi matin, elle s’est dite bien contente que la saison se soit bien déroulée et qu’il n’y ait pas eu d’éclosion.

Diane Aubut a laissé entendre qu’elle allait laisser passer quelques mois avant de reprendre contact avec l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne pour parler de la prochaine saison.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !