•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une exposition virtuelle sur le village minier Roc-d’Or de Malartic

Roc-d'Or au sommet de ses activités commerciales.

Roc-d'Or au sommet de ses activités commerciales.

Photo : Société d'histoire de Malartic / tiré du livre «De l'or... et des putes?» (Éditions du Quartz)

Radio-Canada

La Société d’histoire de Malartic présente une exposition virtuelle sur un village de squatteurs construit près de Malartic il y a environ 80 ans.

L'exposition est intitulée La sombre destinée d’un village minier : Roc-d’Or la mal aimée .

Elle raconte en photos accompagnées d'entrevues la courte histoire du village de ses débuts en 1936 à sa destruction totale en 1948.

Roc-d'Or ou Putainville a été construit sans autorisation, mais a tout de même connu une importante croissance puisqu'il comptait plus de 1000 habitants.

Si certains croient que sa mauvaise réputation a mené à sa destruction vers la fin des années 1940, l'historien Alexandre Faucher croit que d'autres raisons sont à prendre en considération.

Pendant longtemps, les gens disaient qu'il avait été détruit par le curé fondateur de la paroisse de Malartic. Toutefois, c'est une histoire beaucoup plus complexe, qui rentre avec la politique, l'économie. En somme, les raisons de sa destruction sont beaucoup plus complexes que sa mauvaise réputation.

Alexandre Faucher

Je voulais démontrer que Roc-d'Or était un village tout à fait ressemblant aux autres villes minières abitibiennes, que Roc-d'Or ressemblait beaucoup aux débuts de Val-d'Or et de Rouyn, que c'était un village effervescent, un village minier, où qu'il y avait une majorité d'hommes qui y travaillaient, et que la destruction du village n'est pas liée à sa mauvaise réputation, mais à des motifs économiques. On parle de prostitution, de jeux d'argent, d'omniprésence d'alcool et même de vol et de recel d'or, raconte l'historien.

L'exposition est réalisée grâce au programme d’investissement Musées numériques Canada.

Elle est accessible sur le site Internet histoiresdecheznous.ca.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !