•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un fort de neige à l’École Marie-Anne Gaboury pour le Festival du Voyageur

Sophie Bohémier souriante avec une ceinture fléchée à la taille et à genoux sur un banc de glace à l'intérieur du fort de neige.

Armée de sa ceinture fléchée et de bonnes bottes, Sophie Bohémier, trois ans, assure la visite du fort de neige devant l'École Marie-Anne Gaboury.

Photo : Radio-Canada / Marina von Stackelberg

Pour célébrer le Festival du Voyageur, les élèves de l’École Marie-Anne Gaboury, située dans la partie sud de Winnipeg, ont construit un fort entièrement en neige devant leur établissement.

La structure attire l'œil lorsqu'on passe devant l’École Marie-Anne Gaboury. Mesurant 11 mètres de long et 2 mètres de haut, le fort qui se tient fièrement devant l’établissement a nécessité une semaine de travail et l’aide de près de 400 élèves de la maternelle à la 8e année.

L'enseignant en éducation physique Joël Bohémier, est l’un des artisans de ce projet. Il explique que l’École avait pour habitude de participer au Festival du Voyageur à travers plusieurs activités, mais qu'avec la pandémie de COVID-19 cette année, il a fallu être beaucoup plus créatif.

On a décidé de lancer ce défi aux élèves en leur demandant des idées de structures incroyables qu’ils aimeraient avoir devant l’école , raconte-t-il, très enthousiaste, on a eu des élèves qui voulaient faire un château avec des escaliers, etc.

Joël Bohémier souriant à travers un des passages du fort de neige.

Joël Bohémier voulait trouver une manière de célébrer cette édition du Festival du Voyageur malgré la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Marina von Stackelberg

À ses côtés, le stagiaire en éducation physique Justin Bourrier, ajoute que ce projet avait aussi comme objectif de casser la routine que les élèves subissent depuis le début de la pandémie.

On cherchait une manière d’utiliser l’école en tant que communauté.

Justin Bourrier, stagiaire en éducation physique à l'école Marie-Anne Gaboury

Justin Bourrier précise aussi qu’avec la pandémie, il est difficile de faire des travaux de groupes et que construire ce fort de neige avec différentes cohortes à tour de rôle permettait d’impliquer tout l’établissement dans un projet commun.

Pour le plus grand plaisir des familles

Samedi, toute la famille Gonzalez déambulait dans les tunnels de glace de la structure, sous le regard bienveillant de la mère, Jennifer Gonzalez.

Photo du fort de neige devant l'école Marie-Anne Gaboury.

La construction de ce fort de 11 mètres de long et 2 mètres de haut a nécessité une semaine de travail et la participation de près de 400 élèves.

Photo : Radio-Canada / Marina von Stackelberg

Ravie, elle remarque que beaucoup de choses ont été retirées aux enfants cette année et qu’avoir une activité nouvelle lorsque les enfants sortent de classe est une véritable bouffée d’air.

C’est plus grand que moi et tous les enfants de l’école! , s’enthousiasme Cayden Gonzalez, 11 ans, tout en ajoutant que d’autres écoles devraient faire de même.

Avec elle, sa sœur Sophia, 9 ans, lance : J’aime ramper et comme je porte mon pantalon de ski, je reste au chaud!

Hé! Ho!

Avec les informations de Marina von Stackelberg et Thomas Asselin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !