•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Outaouais est maintenant en zone orange

Deux personnes marchent près du musée canadien de l'histoire à Gatineau.

L'Outaouais est la seule région au Québec qui change de palier d'alerte lundi (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Radio-Canada

L'Outaouais est de retour en zone orange. Il s'agit de la seule région au Québec qui change de palier d'alerte ce lundi.

Le premier ministre François Legault a annoncé la semaine dernière que les autres régions en zone rouge le resteront par prudence pour le moment.

Quelques-unes des mesures en zone orange :

  • couvre-feu entre 21 h 30 et 5 h du matin
  • déplacements entre les régions et interprovinciaux non recommandés
  • rassemblements dans les lieux privés interdits
  • restaurants ouverts avec une limite de deux adultes par table accompagnés de leurs enfants d’âge mineur avec tenue de registre et preuve de résidence de la région
  • bars, brasseries, casinos et tavernes fermés
  • activités sportives et de loisirs permises dans les lieux publics intérieurs pour les personnes seules, en duo ou entre personnes partageant la même adresse
  • centres de conditionnement physique rouverts
  • activités sportives ou récréatives extérieures permises avec un maximum de huit personnes

Gatineau et la MRC des Collines-de-l'Outaouais sont passées au palier d'alerte maximal le 11 octobre dernier - en zone rouge - exigeant la fermeture des restaurants. Les MRC de Papineau, de la Vallée-de-la-Gatineau et de Pontiac sont quant à elles passées au rouge le 17 décembre.

Le passage imminent de la région en zone orange, annoncé la semaine dernière, a donc été accueilli à bras ouverts par bien des restaurateurs qui peuvent rouvrir leurs portes tout en respectant les restrictions sanitaires.

On a pris ça avec joie et la joie a rapidement été remplacée par la tâche, a raconté M. Gaudreault.

Après des mois de fermeture, le café-bistro Le Troquet ouvrira sa salle à manger à compter de 12 h.

On avait beaucoup de travail à faire en peu de jours pour être capable d’ouvrir lundi, a souligné le copropriétaire de l'établissement du Vieux-Hull, Éric Gaudreault.

Un homme dans un restaurant fixe la caméra.

Éric Gaudreault, propriétaire du café-bistro Le Troquet (archives)

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

La première semaine, on tenait à être ouvert 7 jours sur 7 pour faire un feu d’artifice, parce qu’on est très content. Est-ce que ça va continuer de cette façon-là? […] Il n’y a rien de coulé dans le béton.

Éric Gaudreault, propriétaire du café-bistro Le Troquet

S'il s'est réjoui de pouvoir accueillir des clients, l'entrepreneur ne s'attend pas à une ruée de gens. On y va présentement au strict minimum et on verra comment la clientèle va répondre. De toute façon, on est à capacité réduite, a-t-il dit, en notant néanmoins que des réservations ont été faites pour la première semaine d'ouverture.

S'accorder un délai de plus

Une femme portant un chandail à l'effigie de son restaurant fixe la caméra, debout devant son établissement.

La copropriétaire du Pärlé Bistro ludique, Caroline Paquette

Photo : Radio-Canada / Steve Desjardins

D'autres restaurants ont décidé d'attendre quelques jours supplémentaires avant d'ouvrir leurs portes. C'est le cas du Pärlé Bistro ludique, dans le secteur de Gatineau, qui a fixé le jour « j » de réouverture au 3 mars.

On a eu quand même un assez court délai pour la réouverture. Je pense que les restaurants qui faisaient beaucoup dans les commandes pour emporter étaient prêts plus vite que nous, a mentionné la copropriétaire, Caroline Paquette.

Elle a relevé que son établissement était complètement fermé et que des coûts sont associés à sa remise en marche, comme au niveau du réapprovisionnement. Elle espère donc pouvoir compter sur un fort achalandage pendant la semaine de relâche, moment choisi pour la réouverture.

On a ouvert notre livre de réservations la semaine dernière et ça se remplit déjà très rapidement. On est content et reconnaissant, a-t-elle ajouté.

Un « casse-tête »

Au restaurant Antonyme d'Aylmer, on a décidé d'ouvrir ce jeudi. On prend nos précautions, mais la plus grande chose, c'est qu'on est heureux de rouvrir [...] parce qu'on reprend nos activités, s'est exclamé le chef et copropriétaire Marc-André Camaraire.

Un homme fixe la caméra et on aperçoit, à l'arrière, une machine à café, des ustensiles et des bouteilles d'alcool.

Marc-André Camaraire, chef et copropriétaire du restaurant Antonyme, à Gatineau

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

On a passé les derniers jours à jouer un casse-tête [et à voir] comment on s'adapte à tout ça, parce que cet été, on était ouvert, mais les restrictions n'étaient pas les mêmes.

Marc-André Camaraire, chef et copropriétaire du restaurant Antonyme

M. Camaraire invite les clients à respecter les règles sanitaires du gouvernement, déclarant que cela aidera les restaurants à pouvoir garder leurs portes ouvertes. Il faut absolument que les gens réservent à l'avance, a-t-il souligné.

Le propriétaire du Troquet abonde dans le même sens, lui qui peut normalement accueillir 80 personnes à la fois dans son café-bistro. Avec les mesures prévues en zone orange, seules 25 à 30 personnes pourront venir y manger en même temps.

L'important pour nous présentement, c'est vraiment la santé publique, d'être capable de faire travailler nos gens et de générer quelques recettes pour pouvoir survivre à travers cette année extrêmement difficile, a insisté M. Gaudreault.

Les règles prévoient aussi que seuls deux adultes peuvent manger à la même table, accompagnés de leurs enfants d'âge mineurs. Un registre doit aussi être tenu par les restaurateurs.

Par ailleurs, le couvre-feu sera toujours en vigueur, mais repoussé à 21 h 30 plutôt que 20 h. Notre plage horaire pour recevoir des gens est vraiment réduite, a indiqué M. Camaraire.

Alors que son restaurant offrait auparavant trois services pour le souper, il devra se contenter de deux afin d'adapter ses heures d'ouverture aux règles. Ça coupe beaucoup [...] dans le revenu du restaurant, a-t-il déclaré, malgré son enthousiasme quant à la réouverture.

Avec les informations de Marielle Guimond et de Rosalie Sinclair

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !