•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Envoyée spéciale

Une quarantaine à l’hôtel qui chamboule les plans de snowbirds

André Richard assis sur une chaise de plage, portant des lunettes de soleil et souriant à la caméra.

André Richard a opté pour la location d'une voiture afin de revenir par la voie terrestre au Canada en avril et ainsi éviter la quarantaine obligatoire à l'hôtel.

Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

Les voyageurs internationaux doivent maintenant se soumettre à un test de dépistage de la COVID-19 à leur arrivée au Canada. Ceux qui arrivent par la voie des airs devront effectuer une quarantaine dans un l'hôtel approuvé par le gouvernement jusqu'à l'obtention du résultat de ce test.

En Floride, des habitants saisonniers, communément appelés « snowbirds », sont mécontents de ces nouvelles mesures et plusieurs ont opté pour différentes stratégies afin d’éviter ce séjour obligatoire et coûteux à l'hôtel. Certains demandent aussi des assouplissements des règles de quarantaine afin de prendre en compte le fait que nombre d’entre eux sont désormais vaccinés.

Confortablement installé au soleil sur la plage d’Hollywood, près de Miami, au milieu d’un groupe d’amis snowbirds, André Richard exprime sa colère envers le gouvernement canadien, qui impose désormais un séjour obligatoire à l’hôtel à ceux qui reviennent au Canada en avion.

Celui qui partage son temps entre Pointe-Calumet et Fort Lauderdale devait revenir au Québec par avion, mais il a trouvé une autre solution.

Je vais louer un véhicule pour passer par la voie terrestre et éviter d’avoir à payer la quarantaine à l’hôtel. En faisant ça, ça va me coûter 700 $ au lieu des 2000 $ annoncés pour ce séjour obligatoire à l’hôtel.

Une citation de :André Richard, habitant saisonnier en Floride

Il estime que cette stratégie lui permettra non seulement d’épargner de l’argent, mais aussi d’éviter des contraintes qu’il juge exagérées et injustes : La quarantaine de 14 jours, je la comprends, je n’obstine pas ça. Mais le séjour obligatoire et payant à l’hôtel, ça, c’est punir le monde! Ce n’est pas correct, surtout qu’on est ici depuis le mois de novembre.

Retour au Québec précipité

Mais contourner les aéroports et arriver par la frontière terrestre n'est pas une option pour Mauro Bucci, rencontré un peu plus loin sur la plage, dans un autre groupe de snowbirds : On a pensé faire venir notre auto, mais conduire 30 heures, ça ne nous convient pas.

Mauro Bucci sur la plage, devant la mer et des palmiers

Mauro Bucci et sa femme ont précipité leur retour au Canada dimanche afin d'éviter d'avoir à faire un séjour de quelques jours à l'hôtel à leur retour au Canada.

Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

Il qualifie d’amende et de vol, même, le montant qui sera exigé aux voyageurs qui devront se soumettre à la quarantaine à l’hôtel. Lui et sa femme ont donc décidé, à contrecœur, d’écourter leur séjour à la chaleur et de revenir en avion dimanche, la veille de l’entrée en vigueur des nouvelles règles.

C’est injuste. On nous traite comme des enfants alors qu’on est des seniors. Nous enfermer dans une chambre d’hôtel, ce n’est pas humain. On devrait tous avoir le droit de passer la frontière, faire les tests nécessaires et d’aller se confiner à la maison.

Une citation de :Mauro Bucci, habitant saisonnier de Floride

Comme André Richard, il pense que le gouvernement ne devrait pas traiter les voyageurs hivernants, qui possèdent une deuxième résidence en Floride, comme des vacanciers comme les autres.

Des assouplissements pour les voyageurs vaccinés?

La discussion soulève des passions dans le groupe. Hélène Drouin évoque une autre question : celle de la vaccination des snowbirds. Tous les membres du groupe présent ont plus de 65 ans et ont reçu leurs deux doses du vaccin contre la COVID-19 il y a moins d'mois, puisque le gouvernement de la Floride permet la vaccination des habitants saisonniers. La femme déplore que le gouvernement canadien ne prenne pas en compte leur nouvelle protection.

Une femme sur la plage de Hollywood en Floride, tenant ses souliers dans les mains et souriant à la caméra

Hélène Drouin souhaite que le gouvernement fédéral prévoie des assouplissements pour ceux, comme elle, qui reviendront vaccinés au Canada.

Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

On a respecté les normes sanitaires, on n’a pas attrapé la COVID-19 et on s’est fait vacciner! Et malgré tout, on doit faire comme tout le monde, faire la quarantaine, payer l’hôtel... Ça donne quoi d’être vacciné s’il y a aucune reconnaissance [de notre nouveau statut] de la part du gouvernement?

Une citation de :Hélène Drouin, habitante saisonnière de Floride

Elle demande au gouvernement de modifier les règles pour ceux qui reviendront au Canada vaccinés : On pourrait faire une quarantaine plus courte, de cinq jours au lieu de 14. Il devrait y avoir un assouplissement, ça serait logique et normal.

L’Agence de la santé publique du Canada répond que pour le moment, la preuve d’avoir reçu une vaccination ne dispensera pas les voyageurs des exigences de quarantaine. Elle précise que bien qu’un vaccin protège une personne de la maladie, des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si une personne vaccinée peut encore transmettre le virus à d’autres personnes.

COVID-19             : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !