•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des rassemblements illégaux interrompus par la police

Un véhicule de police stationné en bordure du boulevard à Chicoutimi.

Des policiers de Saguenay s'apprêtent à intercepter des véhicules pendant les heures de couvre-feu.

Photo : Radio-Canada

Flavie Villeneuve

La police de Saguenay a produit 13 rapports d’infraction dans la nuit de samedi à dimanche. Ils seront analysés plus tard par un procureur. Quatre constats ont également été remis en main propre.

Ils ont d’abord été avisés d’une réunion dans l’arrondissement de Jonquière par un appel de dénonciation. Les agents en poste ont dû se munir d’un télémandat, car le propriétaire des lieux refusait de les faire entrer.

Rappelons que si des policiers soupçonnent qu’une consigne n’est pas respectée, mais qu’on refuse de leur ouvrir la porte, ils ont le droit de demander un télémandat à un juge afin d’entrer rapidement dans un domicile ou une cour pour constater la situation.

Québec a modifié le Code de procédure pénale en octobre 2020 pour justifier le recours au télémandat.

Les deux autres rassemblements étaient dans l’arrondissement de Chicoutimi.

Sept étudiants ont été mis à l’amende et pour le deuxième rassemblement, les contrevenants ont tenté de s’échapper par la fenêtre.

Ils se sont réfugiés sous le patio, pas habillé et avec une chaussure. Mais ils ont vite été identifiés et ils recevront leur constat par la poste, a spécifié le lieutenant Jean-Michel Bergeron.

Vendredi soir, le Service de police de Saguenay a mis fin à un rassemblement de deux familles à Jonquière. Seules deux contraventions ont été remises pour non-respect du couvre-feu dans les dernières heures sur le territoire de Saguenay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !