•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une sortie en plein air pour briser l'isolement des célibataires

Des gens qui marchent

Afin de briser l'isolement, une marche pour célibataire a été organisée à La Baie, dans le respect des mesures sanitaires.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les derniers mois de confinement ont été difficiles pour certains célibataires. Afin de briser l’isolement et permettre les rencontres, une femme de la région a organisé une marche en plein air pour célibataires à La Baie.

Avec les assouplissements des dernières semaines, Nancy Foster a décidé d’organiser une randonnée en nature qui permet à des célibataires de se rencontrer en toute légalité.

On voit la tendance sur les réseaux sociaux, il y a beaucoup de groupes justement de célibataires qui se forment, des choses comme ça. Sur Zoom il y a des rencontres, mais physiquement, les activités c'est beaucoup plus rare et de toute façon on ne pouvait pas avant ça. Donc il y avait un besoin pour les gens de vouloir rencontrer, dans la légalité, de nouvelles personnes.

Des participants à la marche devant un tipi.

Les participants à la marche pour célibataires étaient divisés en groupe de huit personnes pour respecter les mesures sanitaires.

Photo : Radio-Canada

Afin de respecter les consignes de la santé publique, le groupe a été divisé en deux équipes de moins de huit personnes. Selon l'organisatrice, l'idée était de permettre aux participants de sortir de la maison.

Pas dans le but de nécessairement former un couple, mais vraiment juste de connaître des nouvelles personnes puis changer d'air un petit peu et discuter avec d'autre monde que notre entourage. Ça fait du bien!, ajoute Mme Foster.

Les participants semblaient tous heureux d'avoir pu échanger en prenant de l'air.

Au moins c'est le fun de rencontrer du monde et prendre l'air en même temps parce que là, ça fait un bout qu'on était enfermé dans la maison, ça fait du bien, raconte Stéphane Harvey.

C'est sûr qu'on parle à du monde sur Internet, mais il n’y a jamais de on va se voir. Donc là c'est plaisant, au moins on peut se voir! On est quand même à deux mètres, mais au moins on parle à du monde et non à un téléphone! ajoute Sophie Boily.

Nancy Foster compte organiser d'autres activités de ce genre dans les prochains jours.

D'après le reportage de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !