•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une activité cadeau pour des hockeyeurs pee-wee de Québec

Les joueurs jouent sur la patinoire extérieure, le parc boisé derrière eux.

Le décor était enchanteur pour les jeunes joueurs pee-wee à la place Jean-Béliveau.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf

Les sourires étaient nombreux, samedi, sur la patinoire de la place Jean-Béliveau. Au milieu d’un hiver où la pratique de leur sport est sérieusement compromise, quelques dizaines de joueurs pee-wee de la région ont eu la chance de s’entraîner sous l’égide de deux champions de la Coupe Stanley, Maxime Talbot et Pascal Dupuis.

On revient au hockey à sa plus simple expression avec des petites bandes, une glace naturelle, les bancs de neige. Je pense qu’on a quand même bien réussi, observait le directeur général du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, Patrick Dom, aux abords de la petite glace spécialement aménagée pour l’occasion.

Ce n’était peut-être pas le Lac Tahoe, où l’Avalanche et les Golden Knights croisaient le fer, samedi après-midi, mais le décor était effectivement enchanteur pour les joueurs hockeyeurs présents.

Un baume pour Dom et son équipe qui se sont creusé la tête depuis l’annulation du tournoi pour offrir quelque chose aux joueurs pee-wee de la région dans le respect des mesures sanitaires.

Seulement pour les équipes « bulles »

Je pense que je n'ai jamais prononcé le mot bulle aussi souvent dans ma vie, a lancé le directeur général, mi-blagueur.

C’est que quelque 42 équipes de la Capitale-Nationale s’étaient manifestées pour prendre part aux deux jours d’entraînement, samedi et dimanche, avec les anciens de la LNH Maxime Talbot et Pascal Dupuis. Comme seules les équipes scolaires d’une même bulle-classe peuvent actuellement pratiquer, huit formations ont finalement reçu une invitation du Tournoi.

Les joueurs regardent Talbot et Dupuis leur montrer un exercice sur la glace.

La présence de Maxime Talbot et Pascal Dupuis rendait évidemment l'entraînement des jeunes de l'école Cardinal-Roy plus spéciale, samedi matin.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Piedboeuf

Rien pour ménager l’enthousiasme de leurs entraîneurs d’un jour, toutefois. C’est un peu malheureux ce qui se passe avec la COVID. Les jeunes ne peuvent pas nécessairement pratiquer leur sport, Pat [Dom] a pensé à quelque chose pour les faire bouger, s’est réjoui Maxime Talbot.

En attendant 2022

Les deux retraités du circuit Bettman ont remporté la Coupe Stanley ensemble, avec les Penguins de Pittsburgh, et ils n’allaient pas refuser une occasion de sortir de la maison et faire plaisir à des jeunes hockeyeurs éprouvés.

Pascal et moi, on est deux enfants. Je pense qu’on est aussi immature que les jeunes qui sont en train de jouer. Ça ne se perd pas. Les deux, on a le gros sourire et j'espère que les jeunes aussi , a expliqué Talbot.

De la musique aux oreilles de Patrick Dom qui ne cachait pas avoir hâte de retrouver le véritable tournoi dans le confort du Centre Vidéotron.

On travaille en vue de 2022. La seule chose qu’on ne sait pas c’est dans quel format il va y avoir un tournoi, mais je reste confiant qu’il va y en avoir un et que l’année prochaine, au lieu d’être ici en habit de neige, je vais être dans le centre Vidéotron en habit cravate.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !