•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ours attaque une femme par le trou de toilettes extérieures

Un ours noir marchant sur la neige.

Selon un responsable de la faune de l'Alaska, l'animal qui a attaqué Shannon Stevens pourrait être un ours noir. (Archives)

Photo : Université de la Saskatchewan

Radio-Canada

Une femme de l’Alaska dit avoir eu la peur de sa vie lorsqu’un ours l’a attaquée par le trou des toilettes extérieures, dans l’arrière-pays de l’État américain.

Shanon Stevens, son frère, Erik, et sa belle-soeur étaient partis pour une randonnée en motoneige en direction d’une yourte installée à environ 32 km au nord-ouest de Haines, dans le sud de l’État, le 13 février.

Sur place, Mme Stevens a senti le besoin de soulager et s’est rendue aux toilettes extérieures, à une cinquantaine de mètres de la yourte.

En m’asseyant, j’ai tout de suite senti quelque chose me mordre le derrière, explique Shannon Stevens. J’ai sauté sur mes pieds et j’ai crié!

Entendant les cris de sa soeur, Erik Stevens a accouru vers la petite cabane, où celle-ci couvrait sa blessure.

Il a d’abord cru qu’elle avait été mordue par un écureuil ou un vison, mais quand il a éclairé le trou d’où était venue l’attaque, il a sursauté.

Quand les toilettes ont des griffes

Quand j’ai levé le siège des toilettes, j’ai vu un ours directement au niveau du siège. Il regardait par le trou, il m’observait, raconte-t-il.

Une fois de retour en sécurité dans la yourte, Mme Stevens a traité sa blessure à l’aide d’une trousse de premiers soins. Ça saignait, mais ce n’était pas une mauvaise blessure, explique-t-elle.

Le lendemain matin, les randonneurs ont trouvé des traces d’ours partout sur le terrain, mais la bête était partie.

En observant le lieu de l’incident, ils ont conclu que l’animal s’était engouffré sous les toilettes en passant par une ouverture sous la porte arrière de la cabane.

J'imagine que ce n’est pas une tanière trop inconfortable durant l’hiver, dit Mme Shannon.

Selon le biologiste Carl Koch, du Département des pêches, de la chasse et de la gestion de la faune de l’Alaska, les traces observées correspondent vraisemblablement à celles d’un ours noir.

Son hypothèse semble confirmée par des photos d’un ours noir envoyées par un voisin, deux jours plus tard.

Une année record pour les signalements d’ours

La région de Haines a connu une année record en ce qui a trait aux signalements d’ours.

Parmi les raisons évoquées par M. Koch pour expliquer le nombre élevé de rencontres avec ces animaux, il y a la faiblesse des stocks de saumons combinée à une mauvaise année pour les petits fruits.

Il est aussi possible qu’un ours n’ait pu engraisser suffisamment avant d’hiverner et qu’il ait besoin de se promener plus souvent et plus tôt dans la saison, précise-t-il.

Selon lui, Shannon Stevens a vraisemblablement été victime d’un coup de patte plutôt que d’une morsure.

Il rappelle aux personnes qui se rendent dans l’arrière-pays l’importance d’avoir un vaporisateur de gaz poivré sur eux.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !