•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cinémas rouvrent, mais pas de gaieté de coeur

Des sièges de cinéma vides.

Les propriétaires de cinémas croient que l'affluence permettra de les garder à flot pendant la relâche. Pour la suite, ils comptent sur un retour en zone orange, au moment où les variants préoccupent de plus en plus la santé publique.

Photo : Unsplash / Mesh

Des dizaines de cinémas ouvriront leurs portes pour la relâche au Québec, mais ils ne le feront pas de gaieté de coeur. Soumis à des règles qui minent les fondements de leur modèle d’affaires, ils font le pari que la pandémie s’essoufflera et que la réouverture qui approche sera la bonne.

Vendredi, l’Association des propriétaires de cinémas du Québec (APCQ) confirmait qu'une grande majorité d’entre eux allaient offrir des projections à partir du 26 février.

En entrevue samedi matin, Éric Bouchard, coprésident de l’APCQ a précisé ses propos. Il y a à peu près 100 cinémas au Québec, il y en a 80 qui sont membres chez nous. Il y a 60 % des cinémas au Québec qui vont être ouverts - ou plus : certains réfléchissent encore, dit-il. Lundi, on aura un portrait plus clair.

L’enjeu demeure le même depuis une semaine : la fermeture forcée des comptoirs alimentaires dans les zones rouges. La santé publique craint que la consommation de popcorn et autres friandises compromette le port du masque, obligatoire en tout temps dans les lieux publics.

L’aide consentie par Québec, soit la prolongation d’un programme offrant jusqu’à 15 000 $ par mois aux entreprises situées dans une zone rouge, influence bien peu la décision des propriétaires qui rouvrent.

Clairement, le 15 000 $ n'éponge pas les pertes, affirme M. Bouchard. On avait une décision à prendre, il était minuit moins une si on voulait être prêt pour le 26 février, puis on a pris la décision d'aller de l'avant, parce qu'on s'est dit que pendant la semaine de relâche, économiquement, on allait peut-être pouvoir y arriver. Par contre, ça risque d'être difficile après le 8 mars.

Une aide prolongée

  • Le gouvernement a accepté de prolonger le versement de l’AERAM, l’Aide aux entreprises en régions en alerte maximale, pour les opérateurs de cinémas.
  • Ceux-ci pourront réclamer des prestations pour encore quelques mois, à partir du moment où leurs comptoirs alimentaires pourront rouvrir.
  • Plusieurs propriétaires ont indiqué, au cours des derniers jours, que l’aide consentie était loin d’éponger les pertes qu’ils risquent d’éprouver en opérant selon les règles en vigueur.

L’APCQ s’offre une période de trois semaines avant de déterminer la suite.

On n'a aucune garantie. On a une embellie du côté de la pandémie, mais on fait face à des menaces d'autre part, croit Éric Bouchard au sujet du danger représenté par les variants. Dans trois semaines, le portrait risque d'être très différent, d'un côté ou de l'autre. Passons à travers la semaine et on verra par la suite.

Si la situation se détériore, toutefois, l’arrivée du printemps pourrait aussi être celle de graves problèmes financiers.

On ne peut pas durer sans pouvoir vendre de bouffe, parce que ça fait partie de notre modèle d'affaires. Comme un restaurant qui ne vend pas d'alcool, le modèle d'affaires ne marche pas.

Une citation de :Éric Bouchard, coprésident de l'Association des propriétaires de cinémas du Québec

Éric Bouchard rappelle que depuis le 13 mars 2020, les salles ont pu opérer seulement trois mois en raison des fermetures imposées par le gouvernement.

Nous, on n’est pas en business pour vivre avec des subventions, explique le coprésident de l’ACPQ. On est en business pour divertir les gens, pour accueillir les gens, pour présenter des films et pour mettre en valeur notre cinématographie. C'est pour ça qu'on est en affaires.

La direction des cinémas Le Clap a annoncé vendredi qu’elle comptait reprendre ses activités pour la relâche - en soulignant que cette initiative représenterait de lourdes pertes financières.

En Chaudière-Appalaches, au moins trois cinémas vont demeurer fermés en raison des restrictions imposées par les autorités, qui empêchent notamment les projections de soirée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !