•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La possible présence d’un variant force la fermeture d’une école à Québec

Une école primaire

Une école primaire

Photo : Radio-Canada

La santé publique soupçonne un premier cas de COVID-19 associé à un variant à Québec. Une opération massive de dépistage est en cours l'école Marguerite-D'Youville de Cap-Rouge, qui demeure fermée jusqu'à nouvel ordre.

Dans un message envoyé aux parents vendredi, le CIUSSS de la Capitale-Nationale précise qu’un test a détecté des cas suspects d’infection par un variant chez deux personnes ayant fréquenté l’école.

Votre enfant pourrait avoir été exposé à ces personnes, poursuit la lettre.

Pour l'instant, la présence d'un variant n'a pas été confirmée, mais des analyses sont en cours.

La préoccupation première, c'est d'être extrêmement prudent avec la situation, d'être le plus agressif possible, a martelé le directeur régional de santé publique, le Dr André Dontigny, lors d'un point de presse samedi matin.

Crainte d’éclosion liée à un variant à Québec

Par mesure de prévention, elle ordonne la mise en isolement de sa cinquantaine d'employés et de ses 283 élèves. L’école demeurera fermée jusqu’à ce que la direction de santé publique ait obtenu un portrait global de la situation

La fermeture d'une école, ce n'est pas une mesure inhabituelle, indique le directeur régional de santé publique.

Bien sûr, [...] à titre de directeur de santé publique, c'est une situation qui m'inquiète, souligne le Dr Dontigny. On veut faire tout ce qu'on peut pour réduire au minimum les risques de propagation.

La santé publique demande le dépistage massif des élèves, du personnel et de leurs proches qui présentent des symptômes apparentés à la COVID au cours des prochaines 48 heures.

Samedi soir, plus de 325 tests de dépistage liés à l'éclosion de l'école avaient été réalisés.

Le Dr André Dontigny devant des micros.

Le directeur régional de santé publique, le Dr André Dontigny, a déployé des effectifs supplémentaires pour faciliter l'opération de dépistage et de retraçage des cas liés à l'éclosion de l'école Marguerite D'Youville.

Photo : Radio-Canada

Une approche prudente

Comme il s’agit d’un premier événement pouvant impliquer un variant dans la région, la direction de santé publique adopte une approche prudente, indique un communiqué diffusé vendredi soir.

Si un premier cas de variant se confirme dans la région, le Dr André Dontigny laisse entendre qu'un allégement des restrictions au retour de la relâche est peu souhaitable.

C'est sûr qu'un événement comme celui-là ne fait que renforcer l'importance d'être extrêmement prudent.

Une citation de :Dr André Dontigny, directeur régional de santé publique

Casse-tête pour les parents

Debra Violette est mère de quatre enfants, dont trois fréquentent l'école Marguerite-D'Youville. Elle a pris connaissance de la situation tard, vendredi soir.

Je dois avouer que ma première réaction, ç'a été : ''Oh non.'' Je comprends très bien ce qui peut arriver : ça veut dire qu'on va être à la maison avec les enfants possiblement jusqu'à la relâche, ça veut dire une semaine de plus, avec tout ce que ça demande. Les parents au travail à la maison, avec les enfants et le bébé, dit-elle, poussant un soupir d'exaspération à l'idée de la difficile cohabitation qui se profile à l'horizon.

Le Centre de services scolaire des Découvreurs (CSSD) assure que l'enseignement se poursuivra à distance pendant la période de fermeture.

Advenant qu’il y ait des demandes de prêt de matériel informatique, nous serons en mesure de prêter un Chromebook ou une tablette aux familles qui en feront la demande, indique Marc Lalancette, conseiller en communication du CSSD.

L'entrée principale de l'école Marguerite-D'Youville est bloquée par un ruban.

Au printemps 2020, un adulte qui fréquentait le service de garde de l’école Marguerite D’Youville, à Cap-Rouge, était atteint du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cloutier

Des variants qui inquiètent

L’apparition des souches variantes préoccupe grandement les autorités fédérales et provinciales. 

Le Canada compte pour le moment plus de 700 cas liés à un variant, dont la majorité est associée à la souche britannique, réputée plus contagieuse.

Bien que le nombre de nouvelles infections continue de diminuer dans le pays depuis les dernières semaines, la situation change rapidement lorsque des variants entrent en jeu. 

Par exemple, Terre-Neuve-et-Labrador, qui a moins de 1000 cas depuis le début de la pandémie, a détecté plus de 240 cas en moins d'une semaine. 

Cette éclosion est liée à un variant.

L'apparition d'un premier cas lié à un variant dans la région de la Capitale-Nationale inquiète les syndicats d'enseignants, qui demandent davantage de protection dans les écoles.

Vous savez, ça fait longtemps qu'on parle de la qualité de l'air dans les écoles et on est encore convaincu que tout n'a pas été fait à ce niveau-là. Ça fait aussi longtemps qu'on parle du dépistage rapide et massif qui aurait dû être fait dans les écoles, affirme Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement du Québec.

Josée Scalabrini, en studio.

Josée Scalabrini, présidente de la FSE-CSQ

Photo : Radio-Canada / Alice Chiche

Selon elle, l'arrivée possible d'un variant rappelle l'urgence d'agir pour mieux bloquer l'apparition de la COVID-19 dans les établissements d'enseignement.

La région de la Capitale-Nationale comptait neuf éclosions dans les milieux scolaires, vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !