•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organisations francophones de la C.-B. applaudissent les intentions d’Ottawa

Mélanie Joly aux Communes, debout pendant la période des questions.

La ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, a préparé le document dévoilant les intentions d'Ottawa, publié vendredi (archives).

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Des organisations francophones de la Colombie-Britannique se réjouissent des propositions du document de travail présentant la vision du gouvernement fédéral pour la réforme de la Loi sur les langues officielles, publié vendredi.

On est bien satisfaits de ce qui est sorti ce matin, s’exclame Marie-Pierre Lavoie, du Conseil scolaire francophone (CSF) de la Colombie-Britannique.

L’accent mis sur l’immigration francophone dédiée au recrutement d’enseignants hors Québec, le renforcement du continuum en éducation de la petite enfance au postsecondaire dans la langue de la minorité, et la proposition de favoriser l’utilisation des outils de reddition de comptes dans les ententes fédérales-provinciales sont parmi les éléments les plus positifs qui en ressortent, selon Mme Lavoie.

Elle applaudit également l’idée d’inscrire dans la loi l’engagement du gouvernement à recueillir des données sur tous les enfants dont les parents ont le droit, en vertu de la Charte canadienne, de les faire instruire dans la langue officielle minoritaire de leur province. Le prochain recensement de Statistique Canada prévoit des questions supplémentaires à cet effet.

Marie-Andrée Asselin, la directrice générale de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique est bien d’accord. Elle souligne également avec enthousiasme l’idée de renforcer les pouvoirs du commissaire aux langues officielles.

C'est un beau jour pour la francophonie. Je pense qu'on est très satisfait de ce qu'on a pu voir jusqu'à maintenant dans le livre blanc qui a été présenté ce matin, estime-t-elle. Reste à voir maintenant comment tout ça va se mettre en branle pour vraiment enchâsser tout ça par une loi qui sera adoptée incessamment.

Avec des informations de Nantou Soumahoro et Raluca Tomulescu

Ailleurs sur le web :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !