•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au moins trois décès liés a des surdoses depuis la mi-janvier au Yukon

Une seringue, des pilules et de la poudre placés aléatoirement.

Les surdoses ont causé la mort de 14 Yukonnais en 2020.

Photo : Shutterstock / Chirachai Phitayachamrat

Radio-Canada

Le Bureau du coroner du Yukon a confirmé au moins trois décès liés à des surdoses impliquant du fentanyl depuis la mi-janvier dans la région de Whitehorse.

Les autorités ajoutent qu’un quatrième décès, aussi le résultat d’une surdose, est en attente des résultats d’un test toxicologique.

Les surdoses de drogues continuent de tuer des Yukonnais à un rythme alarmant.

Une citation de :Heather Jones, coroner en chef du Yukon

Selon la Coroner en chef, Heather Jones, les surdoses de drogues ont coûté la vie à 14 Yukonnais en 2020. Parmi ces morts, 10 sont liées à des opioïdes, dont huit sont liés au fentanyl.

Depuis le premier décès au fentanyl au Yukon, en 2016, le territoire a enregistré un total de 36 décès aux opioïdes confirmés, dont 28 étaient liés au fentanyl, conclut la coroner.

La forte hausse du nombre de surdoses mortelles au territoire notée l’année dernière reste donc très préoccupante, estime le médecin hygiéniste en chef du territoire, Brendan Hanley.

Brendan Hanley derrière un micro, lors d'une conférence de presse.

Le médecin hygiéniste en chef Brendan Hanley.

Photo : Gouvernement du Yukon/Alistair Maitland

Ces décès et surdoses surviennent chez des personnes de tous horizons et à des âges différents, explique-t-il. Étant donné le nombre de surdoses auxquelles [les autorités] ont dû répondre ces derniers mois, nous sommes chanceux que le nombre de morts ne soit pas plus élevé.

Entre le 1er avril et le 31 décembre 2020, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Yukon a dû administrer de la naloxone à 23 reprises. La GRC a également répondu à 46 autres appels pour des cas où des opioïdes synthétiques ou du fentanyl avait potentiellement été utilisé.

Le Dr Hanley indique que la COVID-19 a eu un impact sur la façon dont de nouveaux services ont été offerts au cours de l’année.

Bien qu’il y ait beaucoup de choses en place pour ceux qui sont prêts et désireux d'accéder aux services, nous reconnaissons qu'il reste encore beaucoup de travail à faire, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !