•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La majorité des salles de cinéma rouvriront le 26 février au Québec

Une petite salle de cinéma dans l'obscurité.

La majorité des cinémas pourront accueillir des spectateurs pendant la relâche scolaire.

Photo : iStock

Radio-Canada

En prévision de la semaine de relâche scolaire, la grande majorité des propriétaires de cinémas rouvriront leurs salles le 26 février, annonce l'association qui les représente.

Cette sortie de l’Association des propriétaires de cinémas du Québec (APCQ) intervient moins de 48 heures après celle de certains propriétaires de salles qui ont dénoncé les conditions qui leur sont imposées en affirmant qu'elles mettraient, selon eux, leur rentabilité en péril.

Dans un communiqué publié vendredi soir, l’APCQ explique que les propriétaires de salles tiennent à offrir une sortie culturelle sécuritaire aux familles et à tous les Québécois dans le respect des mesures sanitaires visant à limiter la propagation de la COVID-19.

Nous avons eu l’occasion d’échanger avec le gouvernement, et il a bien compris qu’une ouverture avec toutes les contraintes avec lesquelles nous devons composer nous plaçait dans une situation financière encore plus fragile.

Éric Bouchard, coprésident de l’Association des propriétaires de cinémas du Québec

L’APCQ souligne qu'en vertu d’une modification au programme d’aide gouvernementale aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM), les cinémas pourront continuer de recevoir un soutien même après avoir repris leurs activités.

Pour Denis Hurtubise, coprésident de l’APCQ, l’heure est maintenant venue de préparer la réouverture des cinémas partout au Québec […] Le calendrier 2021 s’annonce lui aussi dense et rempli de belles surprises.

Mardi, tout en se réjouissant de l’autorisation de rouvrir leurs salles, les propriétaires avaient notamment demandé au gouvernement de réévaluer l’interdiction de vendre de la nourriture dans les cinémas.

Les mesures actuelles, disaient-ils, rendent les coûts d’exploitation d’un cinéma impossibles à assumer avec les seuls revenus amputés de la billetterie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !