•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Record de greffes de coeur et de poumons en Colombie-Britannique

Un coeur de plastique devant des chirurgiens qui font une transplantation.

Par contre, le nombre de certains autres types de greffes

Photo : getty images/istockphoto / vchal

Malgré la pandémie, la Colombie-Britannique affiche un record sans précédent de transplantations de cœur et de poumons pour l’année 2020.

Près d’une centaine de Britanno-Colombiens ont reçu une greffe de poumon ou de cœur l’an dernier. En tout, 55 personnes ont eu une greffe de poumons, et 33 un nouveau cœur. C’est légèrement plus qu’en 2019.

Sean Keenan, directeur médical provincial des services de dons à BC Transplant, exprime sa joie, mais aussi, sa surprise.

Je ne m’attendais pas à des chiffres si encourageants, étant donné que les transplantations ont été ralenties durant la première vague de COVID-19.

Sean Keenan, directeur médical provincial, BC Transplant

Selon le médecin, l’augmentation des références faites par les hôpitaux à BC Transplant ainsi que l’augmentation du nombre de Britanno-Colombiens inscrits au registre des dons d’organes expliquent ces résultats.

Il n’a pas de données à l’appui, mais Sean Keenan se demande si la pandémie n’a pas joué son rôle en permettant une prise conscience de la fragilité de la vie et des gestes qui peuvent aider.

Plus de 1,5 million de Britanno-Colombiens étaient inscrits au don d’organes en janvier 2021.

Pour Beth Miller, qui a reçu une greffe de poumon dans la dernière année, c'est un don incommensurable après des années de combat et de difficultés respiratoires.

Un parcours du combattant

Malgré des données encourageantes, certains types de transplantations ont connu une baisse en 2020. C’est le cas pour les greffes du rein et du pancréas.

Joanne Arcardo, qui a reçu un foie en 2013, sait à quel point l’attente d’une greffe est lourde et à quel point la transplantation est une délivrance.

Je pense à ceux qui attendent encore. Je suis sûre que cette attente est dix fois pire à vivre en pleine pandémie, mais je me suis souvent dit que lorsque le moment arrive, c’est que la correspondance entre le donneur et le receveur est la bonne.

Joanne Arcardo, receveuse d'organe

La jeune femme de Maple Ridge est toujours aussi reconnaissante envers son donneur, sans qui sa vie n’aurait pas pu redémarrer.

J’ai vécu plusieurs années avec ma maladie avant d’avoir une greffe. J’avais besoin de soins 24 h sur 24. J’ai pu recommencer à vivre après et mes proches aussi. Nous sommes en pleine pandémie, mais je suis en vie et je me sens libre, affirme-t-elle.

La Britanno-Colombienne, immunodéprimée, porte aujourd’hui un masque en tout temps, même à l’extérieur, pour éviter de contracter la COVID-19. Elle effectue aussi ses suivis médicaux à distance depuis la pandémie, un changement pour lequel elle est reconnaissante.

En tout, 451 transplantations ont été réalisées en 2020 en Colombie-Britannique, c’est le chiffre le plus bas depuis 2017.

En Colombie-Britannique, ceux qui veulent être donneurs d’organe peuvent s’inscrire sur le site web transplant.bc.ca (Nouvelle fenêtre) (Nouvelle fenêtre)

 (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !