•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faciliter l’immigration d’enseignants francophones : « Un pas dans la bonne direction »

Une cour d'école derrière une clôture.

Les écoles francophones catholiques et publiques en Ontario peinent à recruter suffisamment d'enseignants qualifiés.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Les mesures touchant l’enseignement proposées dans un document de travail préparé par la ministre des Langues officielles, Mélanie Joly, donnent espoir à des dirigeants de conseils scolaires ontariens, aux prises avec une pénurie d’enseignants qualifiés.

Dans le document, la ministre Joly propose notamment d’établir un nouveau corridor d’immigration francophone dédié au recrutement d’enseignants francophones et de français.

C’est une très bonne initiative, affirme Yves Lévesque, le directeur général de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques (AFOCSC).

« Ça fait partie des multiples initiatives qu’on a proposées au ministère depuis longtemps, d’augmenter cette immigration ciblée pour nous permettre d’avoir accès à plus d’enseignants provenant de l’étranger. »

— Une citation de  Yves Lévesque, directeur général de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques

C’est déjà un pas dans la bonne direction de reconnaître qu’il faut augmenter les cibles d’immigration francophones, ajoute-t-il.

Denis Chartrand, président de l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACÉPO), abonde dans le même sens.

Un homme avec des lunettes qui sourit en entrevue.

Le président de l'Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario, Denis Chartrand.

Photo : Radio-Canada

Récemment, l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario a déposé au ministre [ontarien] de l’Éducation une recherche qu’elle a faite au sujet de la pénurie des enseignants, explique M. Chartrand. Une des recommandations que nous faisions, c’était justement de faciliter l’immigration d’enseignants vers l’Ontario.

Selon lui, le livre blanc déposé par la ministre Joly répond à plusieurs des inquiétudes des francophones en situation minoritaire.

« Ma première réaction est très positive. Je pense que le gouvernement du Canada a écouté les communautés francophones à travers le pays. »

— Une citation de  Denis Chartrand, président de l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario

Le livre blanc pour la nouvelle Loi sur les langues officielles a beaucoup de choses positives pour l’enseignement, précise-t-il. On parlera de l’éducation comme un continuum, de la petite enfance jusqu’au secondaire.

Un autre sujet abordé dans le document est celui de la reconnaissance des diplômes.

Les candidats ont un très lourd processus à respecter avant de pouvoir enseigner, note Yves Lévesque.

Pour nous, si ce processus est simplifié, ou s’il y a une plateforme qui permettait une mise à niveau rapide, un accès plus rapide à nos systèmes.

C’est un frein à une éducation de qualité constante, ajoute-t-il.

Ça prendra l’accord des provinces et des ordres des enseignants, précise Denis Chartrand.

Besoin d’une loi forte

Ce qui est important de comprendre, c’est qu’on doit impliquer les provinces, affirme le directeur général de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques.

Yves Lévesque, directeur général de l’AFOCSC, en entrevue avec Radio-Canada par vidéoconférence

Yves Lévesque note que le document préparé par Mélanie Joly contient peu de propositions qui s’adressent directement aux gouvernements provinciaux.

Photo : Radio-Canada

Il n’y a pas grand-chose pour s’assurer que les provinces offrent un meilleur soutien aux communautés minoritaires francophones, déplore-t-il.

« C’est un bon départ, mais je pense qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire pour arriver à une loi qui protège vraiment ou qui travaille vraiment vers une égalité des langues officielles au Canada. »

— Une citation de  Yves Lévesque, directeur général de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques

Pour sa part, Denis Chartrand espère que le projet de loi contiendra tout ce qu’il y a dans le document de travail, et même plus. J’espère que le projet de loi tiendra compte des recommandations de tout le monde.

Il note que le livre blanc de la ministre Joly contient aussi une proposition indiquant que le gouvernement devrait s’engager à favoriser l’utilisation des outils de reddition de comptes dans les ententes fédérales-provinciales-territoriales.

Il aurait aimé un mot plus fort que favoriser, pour s’assurer que les provinces respectent les engagements en matière de francophonie lorsqu’ils reçoivent des fonds du fédéral.

Une pénurie généralisée

MM. Lévesque et Chartrand soulignent que le besoin d’enseignants qualifiés est présent dans tous les conseils scolaires francophones de la province.

On le voit même au Québec, où il y a aussi une pénurie, souligne Yves Lévesque.

« Nos conseils scolaires sont en expansion et on a besoin évidemment de plus d’enseignants. Pour l’instant, c’est compliqué parce qu’on ne forme pas assez. »

— Une citation de  Yves Lévesque, directeur général de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques

On cherche toujours des enseignants bien qualifiés pour nos écoles, indique de son côté Denis Chartrand. On a plusieurs enseignants qui ont des lettres de permission du ministre, qui ne sont pas vraiment qualifiés.

Betty Gormley, la directrice générale de l'organisme Canadian Parents for French Ontario, affirme que la pénurie empêche plusieurs jeunes anglophones d'entrer dans le système d'immersion.

Les listes d'attentes découragent les parents pour inscrire leurs jeunes dans les programmes [d'immersion], déplore-t-elle. Ils n'ont que cette chance pour entrer, soit à la maternelle ou en première année.

« S'ils ratent cette occasion, ils n'arrivent pas à entrer dans le programme du tout. »

— Une citation de  Betty Gormley, directrice générale de l'organisme Canadian Parents for French Ontario

Elle espère que les solutions proposées par la ministre Joly pour augmenter le nombre d'enseignants francophones pourront réduire les listes d'attente.

Avec les informations de Bienvenu Senga

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !