•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Souverains anonymes : l’émission de radio qui libère la parole des détenus

Homme qui parle dans un micro de radio devant une console d'enregistrement.

L'émission de radio «Souverains anonymes», conçue et réalisée par Mohamed Lotfi, donne la parole aux détenus depuis 1989.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Née en 1989, Souverains anonymes est la seule émission de radio au monde enregistrée dans une prison et diffusée à l’extérieur de ses murs. Une initiative de réinsertion sociale qui, depuis plus de 30 ans, donne une voix aux détenus de la prison de Bordeaux.

La liberté de parole que confère la radio communautaire

À l’émission de radio Ici comme ailleurs du 12 novembre 1990, Michel Desautels reçoit le concepteur de l’émission radiophonique Souverains anonymes, Mohamed Lotfi, qui vient de se voir remettre le prix de la meilleure réalisation lors du Gala de l’Association des gens de la radio. Un extrait de Souverains anonymes est diffusé.

Mohamed Lotfi dans son studio de montage.

Mohamed Lotfi réalisateur et concepteur de l'émission de radio Souverains anonymes en 1991.

Photo : Radio-Canada

L’architecte de l’émission explique son concept. Des détenus de la prison de Bordeaux, à Montréal, questionnent chaque semaine des personnalités invitées, jouent des fictions, récitent des poèmes, parlent de leurs projets d’avenir après leur sortie et racontent leur vécu au micro de Souverains anonymes.

À ses débuts, l’émission est diffusée sur les ondes de CIBL, de Radio Centre-ville et de radio McGill. Mohamed Lotfi explique que la radio communautaire [lui] apporte une liberté de parole et d’action qu'il serait peut-être impossible à obtenir à l’intérieur d’une radio commerciale.

Il affirme devoir le succès de l’émission à la confiance totale que lui manifestent les hommes incarcérés et la direction de la prison de Bordeaux.

Créer une émission pour mieux réintégrer la société

Le 12 juin 1991, le journaliste Pierre Craig présente au Point un reportage sur Souverains anonymes. On y voit Mohamed Lotfi chez lui, où il procède au montage de l’émission.

Reportage de Pierre Craig sur l’initiative de Mohamed Lotfi qui produit une émission de radio « Souverains anonymes » avec les prisonniers du centre de détention de Bordeaux. Réalisation : Hélène Saint-Martin.

En entrevue dans le reportage, Nicole Quesnel, directrice des services professionnels de la prison de Bordeaux, donne sa définition de la réinsertion sociale :

« La réinsertion sociale, c’est d’aller chercher les gens là où ils sont et de développer les qualités qu’ils ont dans quelque chose de plaisant qui est socialement acceptable. »

— Une citation de  Nicole Quesnel (1991)

Le contact avec le monde extérieur et la liberté créatrice que permet l’émission apporte beaucoup à la population carcérale. Les détenus qui prennent le micro s’expriment et sont écoutés.

Le 20 octobre 1997, les Souverains anonymes ont même lancé le premier album à avoir été enregistré dans un centre de détention, Libre à vous.

Lancement de l’album « Libre à vous » des Souverains anonymes. La journaliste Marie-Christine Trottier s’entretient avec la comédienne Andrée Lachapelle présidente d'honneur de l'événement. Le bulletin de nouvelles est animé par Pascale Nadeau.

Comme l’explique Marie-Christine Trottier au Téléjournal, Mohamed Lotfi a lancé un concours de textes à caractère poétique et en a reçu plus de 400. Quelques-uns ont été choisis, et des compositeurs et interprètes connus en ont fait des chansons.

« J’ai découvert que ces hommes derrière les barreaux ont une fragilité, une sensibilité, et qu’ils ne demandent pas mieux que de parler, de communiquer avec les autres. »

— Une citation de  Andrée Lachapelle, présidente de l’événement (1997)

En 32 ans d’existence, plus de 25 000 détenus de la prison de Bordeaux ont pris la parole à l’émission Souverains anonymes.

Quelque 800 invités ont franchi les murs de la prison pour y être interviewés, pour la plupart des artistes.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.