•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle image saisissante de la mission Perseverance

Photo haute résolution de la descente de Perseverance.

Photo haute résolution de la descente de Perseverance.

Photo : NASA

Radio-Canada

Au lendemain de son atterrissage sur la surface de Mars, les responsables de la mission à la NASA ont confirmé vendredi que le rover Perseverance est en bon état et ont publié une nouvelle image de sa descente.

Lors de la phase finale de son atterrissage, sur les 20 derniers mètres, le véhicule a été lentement déposé au sol suspendu par trois câbles depuis l’étage de descente, un engin équipé de huit rétrofusées pour ralentir sa course.

Vous pouvez voir la poussière soulevée par les moteurs, s’est émerveillé Adam Steltzner, ingénieur en chef de Perseverance, en dévoilant le cliché lors d’une conférence de presse.

Une autre photo haute résolution renvoyée à la Terre est tirée d’une vidéo filmée par plusieurs caméras de la sonde Mars Reconnaissance, en orbite autour de la planète, quelques instants avant que Perseverance n'atteigne sa surface.

La descente de Perseverance telle que suivie par la sonde Mars Reconnaissance.

La descente de Perseverance telle que suivie par la sonde Mars Reconnaissance.

Photo : NASA/Mars Reconnaissance

L’orbiteur Reconnaissance a utilisé une caméra spéciale à haute résolution pour suivre Perseverance naviguant vers le cratère Jezero, avec son parachute à l'arrière.

En outre, la NASA a également publié vendredi une photo de l'une des roues du rover.

L'une des roues de Perseverance.

L'une des roues de Perseverance.

Photo : NASA

Jeudi, la NASA a publié une série de photos, dont une première en haute résolution de son site d'atterrissage.

La première image haute résolution du site d'atterrissage de Perseverance.

La première image haute résolution du site d'atterrissage de Perseverance.

Photo : NASA

Plus tôt, lorsqu’il s’est posé, le robot a renvoyé à la Terre deux images, l’une prise à l'avant, et l’autre à l'arrière, montrant l’une de ses roues dans la poussière martienne.

La première image de la surface martienne prise par le robot Perseverance.

La première image de la surface martienne prise par le robot Perseverance.

Photo : NASA

La deuxième image renvoyée par Perseverance montre quelques détails du cratère Jezero.

La deuxième image renvoyée par Perseverance montre quelques détails du cratère Jezero.

Photo : NASA

Plusieurs charges pyrotechniques devraient être tirées plus tard dans la journée de vendredi, pour libérer le mât de Perseverance. Le mât doit être levé samedi, après quoi les caméras de navigation du robot prendront des images panoramiques de ses environs.

Vue d'artiste du rover Perseverance sur la surface accidentée de la planète rouge.

Le rover Perseverance est doté d'une foreuse pour prélever des échantillons à des endroits précis déterminés par des spécialistes. Il cherchera des preuves d'un environnement très différent de celui d'aujourd'hui, notamment des traces d'anciens cours d'eau.

Photo : JPL-Caltech

Profil technique de Perseverance

  • Le rover est de la taille d'une voiture (3 m de long pour 2,70 m de large).
  • Il est doté de six roues qui lui permettent de passer les rochers.
  • Il est équipé d'un miniréacteur nucléaire pour lui fournir son énergie.
  • Il n'est pas bâti pour la vitesse. Il ne doit parcourir que 200 mètres en moyenne par jour martien.
  • Il possède de nombreux capteurs et 23 caméras, pour la plupart haute définition et en couleurs.
  • Il est également équipé de deux capteurs sonores, deux oreilles qui lui permettront d'écouter les vents martiens.
  • Il est équipé de lasers qui permettront d'effectuer des analyses chimiques.
  • Il dispose d'un bras articulé long de 2,20 mètres et d'une foreuse pour pulvériser des échantillons de roche.
  • Il est accompagné d’un hélicoptère ultraléger.

Dans les prochains jours, les ingénieurs de la NASA examineront les données du système du rover, mettront à jour son logiciel et commenceront à tester ses instruments. Dans les semaines qui suivront, Perseverance testera son bras robotique et fera son premier trajet en sol martien. Il faudra au moins un ou deux mois afin que Perseverance trouve un endroit plat pour y déposer Ingenuity, le mini-hélicoptère attaché à son ventre, et encore plus longtemps avant qu'il ne prenne enfin la route, pour commencer sa mission scientifique et rechercher son premier échantillon de roche et de sédiment martien.

Illustration montrant l'hélicoptère Ingenuity.

L'hélicoptère Ingenuity se déploiera à partir du rover Perseverance et effectuera une série de vols d'essai.

Photo : NASA

Un premier hélicoptère prêt à s'envoler

Ingenuity ressemble à un gros drone. Il ne pèse que 1,8 kg. Il est composé de quatre pieds, d'un corps et de deux hélices superposées. Il mesure 1,2 mètre d'un bout à l'autre d'une pale.

Les hélices tourneront à une vitesse de 2400 tours par minute (tr/min), soit environ cinq fois plus rapidement qu'un hélicoptère standard.

Ingenuity est équipé de panneaux solaires pour recharger ses batteries, une grande partie de l'énergie étant utilisée pour se réchauffer (il fait -90 °C la nuit sur Mars). Il peut également prendre des photos et des vidéos.

L'hélicoptère a été placé sous le rover Perseverance. Une fois arrivé sur Mars, il doit être largué sur le sol, et le rover doit rouler au-dessus de lui pour s'en éloigner.

Jusqu'à cinq vols de difficulté graduelle sont planifiés en l'espace d'un mois, au tout début de la mission. Il peut s'élever jusqu'à 5 m de hauteur et se déplacer jusqu'à 300 m, mais il ira bien moins loin pour le premier test.

Chaque vol peut durer jusqu'à une minute et demie. De plus, il volera de façon autonome : des commandes lui seront envoyées, mais ses nombreux capteurs l'aideront à se diriger.

Cette expérience est une mission de démonstration pour la NASA, puisqu’elle n'a pas d'objectif scientifique. Elle ne vise qu’à prouver qu'il est possible de voler sur Mars et de collecter des données sur le comportement d'un vaisseau sur une autre planète.

Le delta du cratère Jezero sur Mars.

Le delta du cratère Jezero sur Mars.

Photo : NASA

Un cratère idéal

Jezero est l’endroit le plus difficile jamais choisi pour poser une sonde martienne. Ce cratère d'impact de 49 kilomètres de diamètre est pourtant idéal, puisqu'il abrite ce qui aurait été un ancien delta de rivière, un endroit parfait pour trouver des traces d’une possible ancienne vie microbienne sur Mars.

Conserver les échantillons

Perseverance collectera des échantillons du sol martien, destinés à un retour sur Terre. Dans un premier temps, les échantillons seront transférés à l'intérieur du rover pour être hermétiquement scellés dans des tubes qui seront laissés sur place en attendant qu'une future mission martienne les récupère.

Lors de cette future mission américano-européenne, ces échantillons de roches seront placés dans une sonde qui sera mise en orbite autour de Mars. Ces échantillons auront alors rendez-vous avec un orbiteur qui les rapportera sur Terre vers 2031.

Trouver des traces de vie passée

Comme cela a été le cas pour les missions passées, le principal objectif de Perseverance est de trouver des traces de vie passée sur Mars. À ce jour, les indices recueillis laissent à penser que, il y a plus de 3 milliards d'années, la planète était plus chaude et couverte de rivières et de lacs, des ingrédients nécessaires à la naissance de la vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !