•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Projet de tramway : la CAQ condamnée à faire mieux

Le premier ministre François Legault s'adresse aux journalistes.

François Legault s'adresse aux journalistes.

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

Le premier ministre François Legault a désavoué le projet de tramway du maire de Québec. Il porte maintenant le fardeau de présenter un nouveau scénario bien ficelé qui s'appuiera sur des bases solides.

Pour mettre fin à l'impasse avec la Ville de Québec, le gouvernement a annoncé jeudi qu'il allait présenter son propre projet de tramway. Le manque d'ouverture aux changements pour mieux desservir les banlieues a été évoqué par le premier ministre pour justifier la décision de reprendre le contrôle du projet.

Pourtant, Radio-Canada dévoilait plus tôt cette semaine que la Ville a bel et bien déposé un nouveau scénario en décembre avec des modifications pour répondre aux besoins des banlieues. Après l'avoir rejeté, le gouvernement n'a jamais présenté de contre-proposition qui aurait pu alimenter la discussion.

Pression

En voulant faire porter le blâme au maire de Québec, le premier ministre vient en quelque sorte de se mettre beaucoup de pression sur ses épaules. La CAQ n'aura pas le droit à l'erreur lorsqu'elle présentera sa nouvelle version.

La Ville de Québec connaît son projet et ses contraintes comme le fond de sa poche. Les experts externes ont relevé certaines imperfections, mais, dans l'ensemble, ils lui reconnaissent beaucoup de crédibilité. Le vérificateur général de la Ville de Québec accorde une bonne note au Bureau de projet. Et le tramway reçoit l'appui d'un peu plus de 50 % de la population, selon un récent sondage Léger.

Esquisse du tramway au passage de l'intersection entre la rue des Frênes et la 1re Avenue. Des passants sont sur le trottoir et une fine neige recouvre le sol.

Esquisse du tramway au passage de l'intersection, entre la rue des Frênes et la 1re Avenue (archives)

Photo : Ville de Québec

Le danger pour la CAQ est de présenter un projet qui réponde à des critères politiques pour ne pas déplaire à sa base électorale.

En marge d'une conférence de presse vendredi, le maire Labeaume a promis de faire le point en temps et lieu. Il a toutefois profité de cette tribune pour réaffirmer qu'il n'a jamais bloqué des propositions de changements inutilement.

François Legault est persuadé que le maire finira par faire preuve d'ouverture.

Le dialogue de sourds se poursuit.

Appui au tramway

Les oppositions à la Ville de Québec ont bien accueilli la démarche du gouvernement.

Québec 21 ne ferme pas la porte à appuyer le projet qui sera présenté par le gouvernement. Le chef, Jean-François Gosselin, a dit qu'il était ouvert et qu'il voulait collaborer avec lui.

Cet appui tacite peut paraître surprenant. La CAQ maintient que le tramway, comme mode de transport lourd, fait partie du plan. Cela va à l'encontre de la position défendue avec force par l'opposition officielle depuis trois ans. Le projet structurant de Québec 21 n'a toujours pas été dévoilé et le parti traîne dans les sondages. Équipe Labeaume ne manquera sûrement pas de le souligner à grands traits.

Dans ces circonstances, la possibilité que Québec 21 se colle au projet de la CAQ pourrait être plus payante qu'il n'y paraît. À six mois de la campagne électorale, c'est peut-être une occasion pour le chef d'aller chercher quelques appuis de plus et de diversifier son électorat.

Le premier ministre n'a pas retenu la proposition du chef de Démocratie Québec. Le Bureau de projet du réseau structurant n'a pas été mis sous tutelle. S'il l'avait fait, cela aurait envoyé un autre son de cloche.

Le travail se poursuit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !