•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean Lapointe n’est plus

Jean Lapointe

Le reportage de Geneviève Asselin.

Photo : Olivier PontBriand

Radio-Canada

Il a consacré sa vie à égayer celle des autres. Le comédien, chanteur et comique Jean Lapointe est décédé vendredi. Celui qui a aussi été sénateur et philanthrope avait 86 ans.

Félix Leclerc disait de son grand ami Jean qu’il aura laissé des bouées : celles du rire, celles de ses chansons, celles de ses personnages, celles de ses engagements, personnels et politiques.

Jean Lapointe aurait eu du mal à les compter lui-même, tant il y en avait.

Anne Elizabeth Lapointe, aujourd'hui directrice générale de la Maison Jean-Lapointe, nous parle de son père.

L'homme voit le jour à Price, dans le Bas-Saint-Laurent, en 1935.

Jean-Marie Lapointe se rappelle avec émotion son père, le grand comédien, humoriste, chanteur et homme d'engagement Jean Lapointe.

Déjà, à 10 ans, il imite Félix, son idole, pour faire rire famille et copains. La magie opère, il se prend au jeu, ajoutant Bourvil et d’autres personnages à son numéro.

Il remporte les concours d’amateurs à Québec, puis à Montréal, et s’épanouit bientôt dans la fumée des glorieux cabarets de l’époque, comme le Caprice et le Casa Loma.

En 1955, il rencontre Jérôme Lemay, avec qui il fera la paire pendant près de 20 ans.

Jean Lapointe sourit et montre son trophée.

Jean Lapointe a remporté le prix Génie du meilleur acteur de soutien pour son rôle dans le film Le Dernier Tunnel, le 21 mars 2005.

Photo : La Presse canadienne / FRANK GUNN

Les Jérolas remportent un énorme succès avec des chansons comme Charlie Brown, Méo Penché et Yakety Yak.

En 1963, avant même les Beatles, ils sont invités au Ed Sullivan Show. En Europe, ils se produisent à l’Olympia, faisant les premières parties de Monique Leyrac et de Dalida.

Les années passent.

Derrière le rideau, entre deux scènes, Jean Lapointe boit. De plus en plus souvent.

Entrevue des Jérolas (Jean Lapointe et Jérôme Lemay) qui parlent de leurs goûts pour les courses de chevaux, de leur carrière, du public du Saguenay et de leurs projets. Ensemble depuis douze ans, ils parlent du succès de leur duo et des moyens qu'ils prennent pour que ça dure.

La descente et la rédemption

Les Jérolas sont en perte de vitesse. Le fil se brise en 1974.

Sa conjointe, Marie, lui lance un ultimatum. Il entre en cure au centre Beaver, pour un séjour de six semaines.

Il ira jusqu'au bout, à l'exception de quelques rechutes, dont une survenue quelque 30 ans plus tard, à la mort de sa troisième épouse, Cécile, en 2001.

Il se relèvera. Encore.

Les Alcooliques anonymes solliciteront d'ailleurs son aide pour mettre sur pied un petit centre de traitement, rue Querbes, à Montréal. Il sera renommé Maison Jean Lapointe en 1982.

La Maison consolidera son existence avec la création de la Fondation Jean Lapointe, en 1986.

Le chanteur

Jean Lapointe et sa fille Anne-Elisabeth chantent « Chante-là ta chanson ».

En 1976, c'est un Jean Lapointe sobre et solo qui sort son premier disque, Démaquillé. L’album et le spectacle remportent beaucoup de succès. Cette année-là, Jean Lapointe reçoit le prix Orange, décerné par la critique.

En 1977, il donne un spectacle intitulé Rire aux larmes et sort Chante-la ta chanson. Le disque a un énorme succès et la chanson, écrite avec Marcel Lefebvre, sera intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens, en 2016.

S’ensuit une cascade de succès, des chansons tendres, drôles, réconfortantes, comme C’est dans les chansons, Si on chantait ensemble, Mon oncle Edmond, Les fleurs malades, Rire aux larmes. En tout, il enregistrera une vingtaine d’albums.

L'acteur

Et il tournera dans 22 films et 6 téléséries, car le chanteur et comique (il ne se voyait pas comme un humoriste) était aussi un acteur redoutable.

Le comédien Jean Lapointe interprète Maurice Duplessis alité et malade. Adélard Godbout (Roger Blay), premier ministre du Québec, rend visite à Duplessis au moment où ce dernier est hospitalisé, en 1942. Réalisateur Denys Arcand.

Comme dans Duplessis, la télésérie scénarisée par Denys Arcand et réalisée par Mark Blandford, en 1977.

« Quand ils m’ont demandé de jouer Duplessis, ils ont dû me travailler deux mois avant de me convaincre. Je me suis étonné moi-même. »

— Une citation de  Jean Lapointe

Il y aura aussi YUL 871 de Jacques Godbout, OK la liberté et Ti-Mine, Bernie pis la gang de Marcel Carrière, Les Ordres de Michel Brault, J.A. Martin, photographe de Jean Beaudin, L'eau chaude, l'eau frette et Une histoire inventée d'André Forcier.

En 2011, il reçoit le prix Jutra du meilleur acteur de soutien pour sa performance dans le film À l'origine d'un cri du réalisateur Robin Aubert.

Jean Lapointe sourit et lève son trophée.

Jean Lapointe a reçu le trophée Hommage au Gala Les Olivier le 19 mars 2000.

Photo : La Presse canadienne / ANDRE PICHETTE

Il recevra aussi un prix d'Excellence pour l'ensemble de sa carrière et sera honoré par le Gala Juste pour rire et le Gala Les Olivier.

Il est également nommé chevalier de l'Ordre national du Québec et officier de l'Ordre du Canada.

Un rendez-vous manqué

Trois semaines après avoir été victime d'une faiblesse sur scène, Jérôme Lemay succombe à un cancer.

Jean Lapointe retrouve brièvement Jérôme Lemay dans Le Grand retour des Jérolas, en 2011. Lors de la première à Montréal, Jérôme Lemay est victime d’un malaise. Hospitalisé, il mourra trois semaines plus tard.

À 75 ans, Jean Lapointe, lui, prenait tout juste sa retraite comme sénateur, un poste que le premier ministre Jean Chrétien lui avait offert en 2001.

Entrevue de Claude Charron avec Jean Lapointe. Il parle ouvertement de son alcoolisme, de son hypersensibilité, de sa croisade contre Loto-Québec et les machines vidéopokers.

Au Sénat, le néophyte s’est beaucoup investi dans la lutte contre les appareils de loteries vidéo. En vain.

Au micro de Daniel Lessard à l'émission Les Coulisses du pouvoir, en 2010, il évoque sa lassitude des magouilles et son constat des deux solitudes.

Réputé fédéraliste – son père Arthur-Joseph Lapointe avait siégé pendant 10 ans comme député à Ottawa –, Jean Lapointe confie à Patrice Roy, en janvier 2022, avoir cependant toujours eu un fond de Québécois. Il va même un peu plus loin.

Ça va venir un jour ou l’autre, l’indépendance du Québec. Et je le souhaite, affirme-t-il, semblant ainsi rejoindre le point de vue de son défunt ami Félix.

La grande entrevue du vendredi avec Jean Lapointe, auteur-compositeur-interprète et comédien sénateur canadien (2001-2010).

Jean Lapointe a connu plusieurs problèmes de santé au cours des dernières années, notamment un cancer du poumon.

Il a eu cette parole, en vue de la postérité peut-être.

« Dans 25 ans, Jean Lapointe, ça ne voudra plus dire grand-chose, mais la Maison Jean Lapointe va continuer, la Fondation va continuer, et c’est ce que je pense que je laisserai de mieux à tous mes Québécois que j’aime tellement. »

— Une citation de  Jean Lapointe

Tous ces Québécois sont en deuil, comme ses proches et ses enfants, dont le comédien Jean-Marie Lapointe et sa sœur Anne Élizabeth, directrice générale de la Maison fondée par son illustre père.

Jean Lapointe.

Jean Lapointe en décembre 2010.

Photo : La Presse canadienne / PC/Pawel Dwulit

Sources : L'encyclopédie canadienne, ADISQ, Ordre national du Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !