•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un relâchement des mesures pourrait faire exploser le nombre de cas de COVID-19

Avec l'augmentation des cas liés aux variants, les mesures sanitaires actuellement en place seront insuffisantes, indique l'Agence de la santé publique du Canada.

Theresa Tam parle dans un micro lors d'un point de presse.

La Dre Theresa Tam indique que l'augmentation du nombre de cas associés aux nouveaux variants pourrait provoquer une nouvelle vague encore plus importante.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le nombre de cas de COVID-19 associés à un variant augmente rapidement au pays, et les autorités fédérales de santé publique avertissent que le Canada pourrait connaître une explosion du nombre de cas au printemps, surtout si les mesures sanitaires sont assouplies.

En fait, compte tenu d'un nombre croissant de variants plus contagieux, le nombre de nouveaux cas pourrait facilement dépasser les 10 000 cas par jour d'ici le mois de mars, même avec les mesures de santé publique actuellement en place, selon de nouvelles prévisions dévoilées vendredi par l’Agence de santé publique du Canada (ASPC).

Si les mesures ne sont pas relâchées et si les variants continuent de se propager, le nombre de cas pourrait atteindre, voire dépasser les 2500 cas par jour au Québec et en Ontario. On prévoit aussi que le nombre de cas pourrait dépasser les 1500 cas par jour en Alberta et en Colombie-Britannique, où un grand nombre de cas liés à un variant ont été récemment détectés.

L'ASPC avertit que si les mesures sanitaires sont relâchées trop rapidement par les autorités locales, le nombre de nouveaux cas au Canada pourrait atteindre 20 000 par jour à la fin avril.

Si nous assouplissons les mesures trop tôt, combiné à la présence des variants, la menace d'une croissance incontrôlée augmente considérablement, a déclaré l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam.

Rappelons que le Canada n’a jamais dépassé les 8800 cas par jour depuis le début de la pandémie. Au cours des sept derniers jours, une moyenne de 2900 cas par jour ont été recensés au Canada.

GraphiqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les nouvelles prévisions à long terme incluant les variants préoccupants (en date du 16 février 2021)

Photo : Agence de santé publique du Canada

Les variants risquent de mener à une résurgence de l’épidémie

Déjà, depuis le début de l’année, plus de 700 cas liés à un variant ont été détectés au Canada dans 10 provinces.

La majorité de ces cas sont associés au variant d'abord détecté au Royaume-Uni (B.1.1.7), qui est 1,2 à 1,8 fois plus transmissible que la souche de base. Au moins cinq provinces rapportent une transmission communautaire des variants.

Le nombre de variants détectés est passé de moins de 50 par semaine le 24 janvier à plus de 200 le 14 février.

La circulation de ces variants a débuté par quelques cas liés à des voyages. Maintenant, il y a une menace que ces variants prennent de l'ampleur et qu’ils se propagent rapidement, a dit le Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint à l'Agence de la santé publique du Canada.

Bien que le nombre de nouvelles infections continue de diminuer à travers le pays depuis les dernières semaines, la situation change rapidement lorsque des variants entrent en jeu. Par exemple, Terre-Neuve-et-Labrador, qui a moins de 1000 cas depuis le début de la pandémie, a détecté plus de 240 cas en moins d'une semaine. Cette éclosion est liée à un variant.

Le Dr Howard Njoo a souligné que de nombreuses éclosions liées à un variant ont été signalées dans des résidences pour aînés, des écoles, des milieux de travail et même des immeubles à logements.

Avec ces variants, il y a peu de place à l’erreur.

Howard Njoo, administrateur en chef adjoint à l'Agence de la santé publique du Canada

La Dre Theresa Tam a déclaré qu'il est impensable d'assouplir rapidement les mesures sanitaires si les autorités n'augmentent pas le dépistage et le séquençage. Si on voit des variants, il faut resserrer les mesures, a-t-elle résumé, en ajoutant que les mesures doivent être strictes et maintenues assez longtemps pour supprimer la croissance exponentielle des variants.

Les Dr Njoo et Tam précisent que les Canadiens doivent continuer de respecter la distanciation physique, de se laver fréquemment les mains, de porter un masque et de réduire au maximum ses contacts.

Nous ne sommes pas sans solution. Ce qui fonctionne est de faire front ensemble, d’agir rapidement et de maintenir nos efforts

Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada
Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les prévisions de l’ASPC trouvent écho à celles des provinces, qui avertissent toutes que la multiplication des cas liés à des variants plus transmissibles risque de provoquer une troisième vague d’ici quelques semaines.

Jeudi, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a indiqué que la région du Grand Montréal pourrait voir à elle seule plus de 2000 nouveaux cas par jour si le nombre de cas associés à un variant continue d'augmenter.

Selon les modèles en Ontario, cette province pourrait recenser de 5000 à 6000 nouveaux cas par jour d'ici la fin mars à cause du variant britannique si les mesures de santé publique sont levées. Les experts en santé publique prévoient qu'il sera le variant dominant.

Une modélisation de l’Université Simon Fraser (SFU) prévoit elle aussi une hausse importante de la transmission de la maladie si un variant plus contagieux du coronavirus s’établit au Canada.

Carte montrant les cas de coronavirus par pays

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !