•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chien thérapeute en soutien aux travailleurs de première ligne à Sudbury

Quinn, un chien entrainé.

Les chiens thérapeutes ont la capacité de détecter l'hormone du stress chez l'humain, selon le chef adjoint du service des incendies de Sudbury, Brian Morrison. (archives)

Photo : Autorité de santé de la Saskatchewan

Radio-Canada

Le Grand Sudbury envisage la zoothérapie en soutien à ses travailleurs de première ligne.

Pompiers et ambulanciers pourraient bénéficier d’un chien thérapeute dans les prochaines années pour mieux affronter le stress.

Le Comité des services d'urgence a approuvé la décision d'avoir un chien d’assistance d'établissement partagé entre les services ambulanciers et les pompiers.

Ce type de chien, entraîné comme thérapeute, s’adapte facilement à une variété d’environnements et d'interactions humaines.

Selon le chef adjoint du service des incendies de la Ville, Brian Morrison, le chien offrira un soutien aux travailleurs qui viennent de terminer une intervention en effectuant des visites aux services d'ambulances et aux casernes de pompiers.

« Le chien ira à la rencontre des personnes dans les services pour contribuer à leur santé mentale et les aider à récupérer de leurs interventions. »

— Une citation de  Brian Morrison, chef adjoint du service des incendies de Sudbury

Les recherches démontrent que les chiens thérapeutes ont la capacité de détecter le cortisol, qui est l’hormone du stress, et le chien va porter de l'attention à ces individus stressés, poursuit le chef adjoint du service des incendies de Sudbury.

L'acquisition d'un chien d'assistance d’établissement dressé par le National Service Dogs pourrait prendre jusqu'à deux ans. La Ville devrait débourser 10 000 $ pour l’achat du chien, puis 5 000 $ chaque année.

En plus d'apporter un soutien aux travailleurs de première ligne, M. Morrison indique que le chien pourra même intervenir immédiatement après une intervention particulièrement difficile.

L'entraînement de ces chiens est très spécifique à ce genre d'événements. L’animal pourrait potentiellement s'appuyer contre un individu, faire pression sur celui-ci et agir comme un soutien, souligne-t-il.

Cependant, le chien ne sera pas convié à toutes les interventions difficiles.

Le National Service Dogs élève et entraîne principalement des labradors et des golden retrievers.

Le conseiller municipal Michael Vagnini a été le seul à voter contre la motion, disant que ce n'était pas le bon moment pour mettre de l'argent dans une initiative comme celle-ci. Il a également indiqué vouloir plus de données sur ces chiens d’assistance d’établissement.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !