•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrimoine : le maire de Saint-Michel-de-Bellechasse fait son mea-culpa

Un bâtiment blanc, dans un paysage enneigé.

Le presbytère de Saint-Michel-de-Bellechasse (archives).

Photo : Radio-Canada / Raymond Routhier

Le maire de Saint-Michel-de-Bellechasse s’excuse pour des propos tenus dans le journal local sur le patrimoine. « Je suis peut-être allé trop loin », admet-il, après qu’une citoyenne a lancé une pétition pour dénoncer le commentaire de l'élu.

Le 14 février, le journal La Voix du Sud publiait un article sur l'avenir du presbytère de Saint-Michel-de- Bellechasse dans lequel le maire Éric Tessier disait ceci : Actuellement, c'est tendance de parler de patrimoine, mais dans 20 ans, on ne se posera plus la question parce que les tenants de ce discours ne seront plus là ou auront perdu la mémoire.

Catherine Langlois, urbaniste et résidente de Saint-Michel, a été outrée de lire cette citation du maire et a lancé une pétition.

Le commentaire que M. Tessier a fait m’a complètement outrée, lance-t-elle en entrevue à Radio-Canada.

Selon elle, la position du maire sur le patrimoine manque de sensibilité et le patrimoine bâti n’a rien d’une tendance. Je suis urbaniste de profession et c’est sûr que j’ai à cœur le patrimoine, reconnaît-elle.

Attirer des visiteurs

Mme Langlois croit que le patrimoine est un investissement à long terme et qu'il pourrait attirer des visiteurs dans la petite municipalité. Elle regrette que le maire n'aille pas chercher de subventions.

Au moment d'écrire ces lignes, près de 1800 personnes ont signé sa pétition qui sera acheminée à la députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance.

Signez cette pétition pour démontrer au maire de Saint-Michel-de-Bellechasse, monsieur Éric Tessier, que vous n'êtes pas d'accord avec sa position et que la protection de notre patrimoine culturel est un devoir pour nous-mêmes, mais aussi pour les générations futures, peut-on lire dans le document publié sur la plateforme change.org.

Éric Tessier est le maire de Saint-Michel-de-Bellechasse.

Éric Tessier, maire de Saint-Michel-de-Bellechasse (archives)

Photo : Radio-Canada

Le presbytère n’est pas en danger, selon le maire

Éric Tessier n’avait pas entendu parler de la pétition avant l’appel de Radio-Canada. Après l’avoir lu, il affirme respecter la démarche de Mme Langlois. Tout citoyen a le droit de faire des pétitions.

C'est une question de perception et je vais respecter la perception des gens. Si j'ai été trop loin pour donner une mauvaise perception aux gens je m'en excuse, dit-il.

Il tient à préciser que le presbytère n’est pas en danger et qu’il a à cœur le patrimoine.

Ça n'a jamais été ma volonté ni la volonté du conseil de mettre en péril le bâtiment, de démolir le bâtiment ou de le défigurer.

Une citation de :Éric Tessier, maire de Saint-Michel-de-Bellechasse

On doit assurer que le questionnement sur le patrimoine soit partagé par diverses générations et non seulement par un petit groupe, souligne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !