•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre de crimes haineux est en hausse à Vancouver, les appels à l’action affluent

Une statue de lion recouverte de ruban adhésif orange.

Un lion du quartier chinois de Vancouver vandalisé.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Radio-Canada

Le nombre de crimes haineux a doublé, à Vancouver, entre 2019 et 2020, selon un bilan publié ce mois-ci par la police de Vancouver. Les crimes haineux commis spécifiquement envers des personnes d’origine asiatique ont quant à eux bondi de plus de 700 % durant la même période, selon le rapport.

Nombre de crimes haineux :

  • 2019 : 142
  • 2020 : 280

Nombre de crimes haineux envers des personnes d’origine asiatique :

  • 2019 : 12
  • 2020 : 98

Source : Service de police de Vancouver (VPD)

Ces données sont troublantes, a lancé le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, sur Twitter.

Lors d’une conférence de presse, jeudi, il a affirmé que son gouvernement compte mettre en place une loi pour lutter contre le racisme et que les personnes qui commettent des crimes haineux seraient poursuivies.

Nous devons nous assurer que la violence contre les personnes racisées ne soit pas seulement considérée comme de la violence, mais comme des crimes de haine passibles de peines très différentes.

John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique

En mai dernier, John Horgan avait déjà dénoncé une série de crimes haineux dirigés principalement contre des personnes d’origine asiatique du Grand Vancouver et avait déclaré que la haine n’a pas sa place en Colombie-Britannique.

Qu'est-ce qu'un crime haineux?

Un crime haineux est une infraction criminelle commise contre une personne ou un bien qui est basée sur la race, l'origine nationale ou ethnique, la langue, la couleur, la religion, le sexe, l'âge, le handicap mental ou physique, ou encore l'orientation sexuelle.

Source : Service de police de Vancouver (VPD)

S.U.C.C.E.S.S. appelle à la sensibilisation

La directrice générale de l’organisme de soutien aux nouveaux arrivants S.U.C.C.E.S.S., Queenie Choo, qualifie la situation d’inacceptable.

Selon elle, les difficultés économiques et le stress attribuables à la pandémie de COVID-19 ne devraient pas mener à une flambée des crimes haineux et du racisme.

Elle ajoute que la loi pour lutter contre le racisme envisagée par le gouvernement de John Horgan devrait tout d’abord aider les gens à comprendre ce qui constitue un crime haineux.

Queenie Choo est également en faveur d’une collecte de données fondées sur la race, en consultation avec les différentes communautés touchées par du racisme ou des crimes haineux.

Elle estime qu’il est important de savoir qui est visé et comment pour comprendre l’amplitude du problème et prendre des mesures pour le corriger.

Autres statistiques

Outre les crimes haineux, d’autres statistiques sur les crimes figurent aussi dans le rapport de la police pour l’année 2020. La violence domestique, par exemple, est en hausse de 2,4 % par rapport à 2019.

Quant au nombre d’agressions sexuelles, de vols à l’étalage et de vols de voiture, ils font partie des infractions dont le nombre a diminué en 2020, en comparaison avec 2019.

Avec des informations d'Eva Uguen-Csenge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !