•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yvon Martel arrive près du but avec sa chenillette électrique

Un engin de traction de traîneau individuel.

Selon son concepteur, le MTT peut servir aux équipes de sécurité.

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussiere

Radio-Canada

Après neuf ans d'efforts, l'inventeur Yvon Martel estime qu'il est tout près de la commercialisation pour sa chenillette électrique MTT.

Même s'il a présenté son invention il y a de nombreuses années, il a continué à travailler fort au sein de son entreprise, Martel Transportation Technology, pour enfin vendre son produit sur le marché.

Il s'agit d'un genre de traîneau autotracté qui est mû par une chenille, un peu à l'image d'une motoneige. Le moteur est cependant électrique.

L'inventeur en est à tâter le marché et à prendre les commandes. Il vise une production dans environ six mois.

Dans les deux dernières années et demie, ce qu'on a fait c'est qu'on a industrialisé le produit, on a pris des sous-traitants locaux. Plus de 80 % de nos sous-traitants sont à proximité du Saguenay-Lac-Saint-Jean, a-t-il indiqué.

Un engin de transport sur neige.

Le véhicule à chenille MTT permet de se déplacer dans toutes les conditions.

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussiere

Les utilisations de cette chenillette électrique sont multiples, alors qu'elle pourra être utilisée sur tous les types de terrains. Elle peut même être contrôlée à distance. On a fait des démonstrations, même aux États-Unis, pour le sauvetage de soldats, pour le transport de soldats blessés, même chose à Valcartier pour l'armée canadienne, a poursuivi M. Martel.

Le concepteur croit aussi que son invention pourra servir aux équipes de sécurité. Je vise beaucoup l'aide à l'humain, la mobilité réduite, les auberges qui ont à déplacer d'un endroit à un autre des touristes, la SÉPAQ qui a besoin de véhicules pour faire la surveillance des sentiers, de la montagne, pour aider à sortir une personne qui s'est brisé une cheville par exemple, a-t-il énuméré. Yvon Martel vise aussi le secteur du ski hors-piste.

La machine, nommée MTT-154, est très modulaire. Cela permet d'adapter la chenillette en fonction de l'utilisation. On peut faire différentes combinaisons. Comme un jeu de Lego, on prend deux MTT, on les boulonne ensemble, ça fait un deux chenilles. Donc, dépendamment de l'application, industrielle, commerciale, ou pour le sauvetage militaire, ou pour le transport de pièces trop lourdes pour un une chenille, on peut adapter facilement deux MTT, a-t-il conclu.

D'après un reportage de Titouan Bussière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !