•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des municipalités attendent depuis 17 mois du financement pour des infrastructures

Village de Saint-Lazare, au Manitoba.

Le village de Saint-Lazare avait fait une demande de financement pour des infrastructures de téléphonie cellulaire.

Photo : Radio-Canada

Face à de fortes pressions financières en raison de la COVID-19, des municipalités bilingues du Manitoba en attente de financement pour des infrastructures commencent sérieusement à s'impatienter.

L’Association des municipalités bilingues du Manitoba (AMBM) a exprimé son mécontentement, il y a quelques semaines, alors que neuf de ses membres attendent des réponses à des demandes de financement pour 13 projets d’infrastructures.

Parmi ces projets figurent aussi bien des installations de téléphonie cellulaire et de traitement d’eaux usées qu'un centre du patrimoine métis ou encore une salle communautaire.

Pour obtenir l’argent nécessaire à ces projets, les neuf municipalités de l’AMBM ont fait des demandes dans le cadre du Programme d'infrastructure Investir dans le Canada (PIIC). Les dernières soumissions à ce programme devaient être faites avant la fin du mois de septembre 2019.

Un processus qui prend normalement environ six mois

Près d’un an et demi plus tard, elles n’ont toujours pas obtenu de réponse de la part du gouvernement fédéral, qui approuve les fonds. En temps normal, le processus prend environ six mois du moment où le dossier est envoyé jusqu'à la réception d'une réponse par les municipalités, selon le chef de la direction de l’AMBM, Justin Johnson.

Selon le calendrier évoqué en 2019 pour le PIIC, les dossiers devaient être remis au plus tard en septembre 2019 et les réponses devaient être communiquées en avril 2020, précise-t-il.

Justin Johnson sourit à la porte d'une salle de réunion.

Justin Johnson espère que les projets d'infrastructures seront rapidement approuvés pour relancer l'économie des municipalités, touchées par la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Laïssa Pamou

Le processus d’approbation du PIIC implique un premier examen fait par la province selon ses priorités, puis les dossiers sont ensuite envoyés au fédéral pour approbation. Ce processus d’approbation est en cours, ajoute Justin Johnson.

Selon le site du gouvernement fédéral (Nouvelle fenêtre), 18 projets pour des infrastructures vertes au Manitoba sont toujours en cours d’examen, 2 pour des projets d’infrastructures communautaires, et 19 pour des infrastructures rurales et nordiques.

60 jours pour répondre

Une porte-parole d’Infrastructure Canada, Lama Khodr, explique que, une fois la demande de projet reçue, elle est analysée. Lorsqu’une demande de projet est jugée complète et qu’aucune autre précision n’est requise [le Ministère] informe la province ou le territoire de sa décision dans les 60 jours, précise-t-elle.

Elle ajoute que le Ministère s'impose d’examiner et d'approuver les projets le plus rapidement possible afin de permettre aux projets de démarrer le plus tôt possible et que pour l’ensemble des demandes soumises par le gouvernement du Manitoba, la durée de l’examen n’a pas dépassé les normes de service.

Une porte-parole de Manitoba Infrastructure affirme, de son côté, que le ministère a transmis sa liste de projets prioritaires au gouvernement du Canada en juin.

Des discussions avec nos partenaires fédéraux se poursuivent en vue de faire avancer les projets dans le cadre du Programme d'infrastructure Investir dans le Canada. Nous nous attendons à pouvoir donner plus d’information aux postulants au cours des prochains mois, ajoute-t-elle.

Bon pour la relance économique

Justin Johnson, lui, espère que ces projets seront approuvés très prochainement afin de permettre aux municipalités de relancer leurs économies touchées par la COVID-19.

De nombreuses municipalités manitobaines dans leur ensemble ont, en effet, tenté d’alléger le fardeau financier qui pèse sur leur population en reportant, par exemple, le paiement des impôts fonciers et en renonçant à certains frais de retard.

Une relance économique à la sortie de la pandémie passe nécessairement par des investissements dans les infrastructures publiques, estime le chef de la direction de l’AMBM.

Des projets d’infrastructures d’envergure ont un impact sur nos communautés pour leur bien-être et aideront à assurer leur résilience à la sortie de la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !