•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le directeur du centre de recherche SNOLAB quitte son poste

Nigel Smith sourit face caméra.

Nigel Smith est à la tête du SNOLAB de Sudbury depuis 12 ans. Il se retire pour un poste à TRIUMF à Vancouver.

Photo : TRIUMF

Radio-Canada

Nigel Smith se retire après 12 ans en tant que directeur général du plus profond laboratoire souterrain d’Amérique du Nord, l'Observatoire de neutrinos de Sudbury (SNOLAB).

M. Smith débutera un mandat de cinq ans en tant que directeur du Centre canadien d'accélération des particules, TRIUMF, basé à Vancouver.

Ça a été 12 années incroyables à développer le programme scientifique du SNOLAB à Sudbury, souligne Nigel Smith.

SNOLAB est le laboratoire souterrain le plus profond d'Amérique du Nord où les scientifiques font de la recherche fondamentale.

SNOLAB est le laboratoire souterrain le plus profond d'Amérique du Nord où les scientifiques font de la recherche fondamentale.

Photo : (SNOLAB)

L'opportunité de travailler dans un autre établissement avec un programme scientifique différent et un peu plus large que celui du SNOLAB s'est présentée, et j'étais très intéressé par ces nouveaux défis, explique M. Smith.

Prix Nobel et rencontre de Stephen Hawking

Un des moments forts de son mandat au SNOLAB, selon M. Smith, a été la rencontre avec Stephen Hawking, en 2012.

Nigel Smith se souvient du sens de l’humour aiguisé de l’astrophysicien britannique.

Lorsque l’on descend sous terre, il y a une forte différence de pression entre la surface et le sous-sol. Nous faisions donc descendre très lentement l'ascenseur. Puis, à la moitié du chemin, nous nous sommes arrêtés pour vérifier si tout était correct pour M. Hawking, raconte Nigel Smith.

Il nous a répondu simplement: allez plus vite.

Autre moment marquant, qui a consolidé la position du SNOLAB dans le monde scientifique, selon M. Smith, est le prix Nobel de physique en 2015 remporté par l'astrophysicien Art McDonald.

Le chercheur est vêtu d'un casque protecteur et d'un uniforme.

Le physicien Arthur McDonald au SNOLAB de Sudbury.

Photo : Université Queen's

Depuis les dix dernières années que je suis ici, je pense que nous avons réussi de véritables succès dans les programmes scientifiques. On aussi fait valoir l’importance d’un tel établissement pour la communauté et pour tout le pays, estime Nigel Smith.

M. Smith a également souligné les contributions du SNOLAB pendant la pandémie de COVID-19.

Nous nous sommes adaptés très rapidement, en concevant et en commercialisant un nouveau type de ventilateur qui est désormais utilisé dans les services médicaux, indique M. Smith.

Selon M. Smith, son départ n'est pas lié à la crise de l'Université Laurentienne.

L'institution d'enseignement, qui s’est récemment placée à l'abri de ses créanciers, est l'un des partenaires dirigeants du SNOLAB, avec l'Université Queen's, l'Université d’Alberta, l'Université de Montréal et l'Université Carleton.

Le financement que SNOLAB reçoit passe par l'Université Queen's, et cela signifie que dans un certain sens, nous sommes protégés de la situation actuelle de la Laurentienne, précise Nigel Smith.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !