•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Télésat exploitera son nouveau réseau de satellites depuis Gatineau

Un câble branché à un ordinateur.

Le projet de Télésat doit notamment permettre de fournir Internet à haut débit aux usagers qui n’y ont toujours pas accès.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Radio-Canada

La société d'Ottawa Télésat exploitera son nouveau réseau de satellites en orbite basse Lightspeed à partir de Gatineau. Ce projet doit notamment permettre de fournir Internet à haut débit aux usagers qui n’y ont toujours pas accès.

Le gouvernement du Québec investira 400 millions de dollars dans le programme Télésat Lightspeed, qui projette d’installer un réseau de satellites en orbite basse autour de la Terre. L'objectif est de fournir des liaisons Internet à large bande par antenne satellite partout sur la planète à un prix abordable et à des vitesses comparables à celles des réseaux de fibre optique, selon la firme dont le siège social est situé à Ottawa.

Télésat prévoit d’implanter son centre d’exploitation du réseau à Gatineau, ont confirmé les partenaires du projet, une annonce qui se traduira par la création de quelque 320 emplois hautement spécialisés.

En entrevue à l'émission Les matins d'ici, le porte-parole de Télésat, Michel Forest, explique que les satellites en orbite basse sont à une distance de 1 000 km de la terre, alors que les satellites traditionnels, eux, sont à 36 000 km. Ceci diminue le délai de propagation entre le sol et le satellite et le rend presque imperceptible.

L'avantage principal d'opérer de satellites en basse orbite, c'est d'améliorer la qualité et la quantité de données qu'on peut transporter avec des systèmes satellitaires, explique M. Forest.

Le prochain Silicon Valley du nord, croient des acteurs du milieu

La chambre de commerce de Gatineau accueille la nouvelle avec enthousiasme et voit déjà la ville devenir une plaque tournante en matière de technologie et de cybersécurité.

Ce qui est très intéressant, c’est que ça pourrait devenir, à terme, une région de tout ce qui s’appelle télécommunications et cybersécurité. Ça pourrait devenir un fer de lance, peut-être un Silicon Valley du nord.[...] C’est la toute nouvelle grappe aéronautique qui se transporte du côté de Gatineau, a commenté Stéphane Bisson, le président par intérim de la Chambre de commerce de Gatineau.

On apporte dans la région beaucoup de cerveaux, beaucoup de gens d’une grande intelligence qui vont venir se greffer à une population très intelligente et c’est un hub qu’on va être en mesure de développer au niveau de la région de Gatineau.

Une citation de :Stéphane Bisson, président par intérim de la Chambre de commerce de Gatineau

Selon le premier ministre du Québec, François Legault, les salaires pour ces nouveaux postes seront très compétitifs, autour de 100 000 $ par année, a-t-il indiqué par voie de communiqué.

Pour M. Bisson, ce nouveau centre d'opérations va stimuler l’économie locale de façon majeure.

Quand on crée ce genre d’emploi, habituellement, ça vient avec une famille, conjoint, conjointe, enfants... C’est un boom économique assez important auquel il faut s’attendre. Il va [aussi] y avoir des fournisseurs qui vont se greffer à cette entreprise-là. [...] Ça va avoir des effets multiplicateurs sur l’ensemble de l’économie régionale. Que ce soit les restaurateurs qui ont été malmenés par la pandémie ou les centres commerciaux, les services à la personne, les épiceries, les constructeurs d'habitation..., prédit M. Bisson.

Le directeur général de l’organisme I.D Gatineau, lui, parle d’une locomotive pour la municipalité.

C’est un peu comme une locomotive qui va attirer les autres entreprises pour faire en sorte d’attirer la prospérité. On a besoin de ces locomotives-là pour développer notre économie et avec l’annonce de Télésat, on en a une autre qui est en train de s’établir ici, souligne Jean Lepage.

Le projet, évalué à plus de 1,8 milliard $, s'apparente à une lueur d'espoir pour les usagers qui n’ont toujours pas accès à Internet à haut débit dans la région.

La firme Télésat, réputée internationalement, compte mettre en orbite près de 300 satellites, notamment pour améliorer le service Internet dans les zones qui ne sont toujours pas desservies par un réseau de fibre optique.

La technologie, qui ne sera pas disponible avant 2023, permettrait aux fournisseurs de services d'opter pour cette avenue plutôt que déployer la fibre optique.

Dans un texte précédent, il était indiqué que la technologie ne serait disponible qu'en 2028, alors qu'elle le sera en 2023.

Les satellites devraient être fabriqués en usine à Saint-Anne-de-Bellevue, à l’ouest de Montréal.

Avec les informations de Samuel Blais-Gauthier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !