•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD réclame une enquête publique sur la COVID-19 en Ontario

La chef de l'opposition officielle de l'Ontario, Andrea Horwath, les  bras au ciel, en conférence de presse.

La chef de l'opposition officielle de l'Ontario, Andrea Horwath

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Les néo-démocrates à Queen's Park font pression sur le gouvernement Ford pour qu'une enquête publique soit lancée aussitôt la pandémie terminée. L'opposition officielle considère que la Commission d'enquête indépendante sur les soins de longue durée, dont les travaux sont en cours, a un mandat trop restreint et pas assez de mordant.

La chef Andrea Horwath a d'ailleurs déposé un projet de loi, mercredi, pour forcer la tenue d'une enquête publique avec la mission d'examiner la réponse du gouvernement de l’Ontario à la pandémie de COVID-19. Le NPD souhaiterait que des commissaires indépendants scrutent toutes les décisions du gouvernement provincial depuis le début de la crise sanitaire. Un mandat qui irait bien au-delà de celui de la commission actuelle, qui se concentre sur les événements survenus dans les 626 foyers de soins de longue durée de la province.

S'il est adopté, le projet de loi rendrait aussi obligatoire l'organisation d'audiences publiques, ce qui n'est actuellement pas le cas avec la Commission sur les foyers de soins de longue durée.

La mise sur pied d'une enquête publique indépendante, accompagnée de pouvoirs judiciaires, est la seule façon de s'assurer que la province soit mieux préparée pour la prochaine crise sanitaire majeure, croit Andrea Horwath.

La chef du NPD déplore d'ailleurs que la Commission sur les foyers de soins de longue durée n'ait pas le pouvoir de recommander que des accusations civiles ou criminelles soient déposées.

Du personnel médical transporte un patient installé dans un lit médical vers l'intérieur d'un hôpital.

Jusqu'ici, la COVID-19 a fait plus de 6000 morts en Ontario.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Nous ne pouvons pas prétendre que la situation avec la COVID-19 ne se reproduira jamais sans prendre au sérieux la nécessité d'avoir une enquête afin de découvrir toutes les décisions qui ont été ou n'ont pas été prises, a indiqué Mme Horwath.

Je ne dis pas que le gouvernement devrait [lancer l'enquête publique] maintenant, mais je crois certainement que le gouvernement doit s'engager à le faire.

Une citation de :Andrea Horwath, cheffe de l'opposition officielle

La demande des néo-démocrates trouve écho chez le député vert, qui est aussi en faveur d'une enquête publique. Je crois qu'il doit y avoir un espace pour une conversation publique, a indiqué Mike Schreiner.

Pas d'engagement concret

Devant cette demande répétée de l'opposition, le gouvernement Ford n'a pas complètement fermé la porte à une éventuelle enquête publique en Ontario. Les progressistes-conservateurs refusent cependant de s'y engager formellement.

Ce serait prématuré, en ce moment, mais c'est quelque chose que nous voudrons revoir plus en détail, a indiqué la ministre de la Santé Christine Elliott, soulignant que plusieurs lacunes avaient été comblées depuis l'arrivée du virus.

La ministre de la Santé de l'Ontario Christine Elliott est masquée et assise à une table.

Christine Elliott, lors d'une réunion du groupe de travail sur la vaccination contre la COVID-19, le 4 décembre.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Quant au manque de collaboration entre le gouvernement et les commissaires chargés d'enquêter sur les foyers de soins de longue durée, la ministre assure qu'il n'y a pas matière à s'inquiéter. Nous continuerons d'être transparents avec la population de l'Ontario, promet Christine Elliott.

Pourtant, le gouvernement Ford a rejeté la requête des commissaires, qui demandaient le report de leur échéancier. Il aurait aussi refusé de partager des milliers de documents.

La commission a déjà publié des recommandations préliminaires, dont celle d'ajouter du personnel qualifié dans les foyers de soins de longue durée de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !